Marc Gardette (Microsoft) : "Entre le monde propriétaire et l'Open Source, c'est la fin de la guerre froide"

Microsoft poursuit ses objectifs d'ouverture en mettant à disposition gratuitement ses API, ses protocoles de communication et sa documentation. Il collabore également à différents projets Open Source.

 

Microsoft ouvre ses API, qu'est ce qui est réellement mis à disposition des développeurs et en quoi cela va-t-il les aider ?

L'ouverture de Microsoft est l'extension d'une démarche entamée depuis 2 ans. En effet, des API sont déjà disponibles sur le portail MSDN, le site de la communauté Microsoft. Aujourd'hui, le groupe va plus loin que la demande de la Communauté Européenne. L'objectif est de mettre sur le même niveau d'information les développeurs tiers pour leur permettre de s'interfacer avec les produits Microsoft. L'ouverture crée de la valeur, et répond à la demande des clients, de l'Etat... C'est une démarche volontariste de Microsoft.


L'ouverture consiste en 4 principes autour des produits de grande diffusion comme Windows Server, SQL Server... Le premier est la publication désormais systématique des API, ce qui permet d'écrire des logiciels sur la plate-forme Microsoft. Windows Protocoles était demandé depuis longtemps par Samba ainsi que par la Communauté Européenne. 30 000 pages de protocoles développées par 600 personnes sont désormais disponibles. Nos experts s'inscrivent dans un engagement continu car ces documentations sont à maintenir, à faire évoluer. Les documentations Windows sont la partie la plus importante du travail d'ouverture. Toutes les ressources disponibles sont sur le site.


Ensuite, la publication des formats et des protocoles de communication permet d'instaurer une interopérabilité entre plates-formes. Les protocoles publiés se divisent en 2 familles : MCPP [ndlr pour Microsoft Communications Protocol Program] et WSPP [ndlr pour Windows Server Protocols]. Ils portent sur la sécurité, les systèmes de  fichiers. Microsoft s'est engagé à en mettre d'autres à disposition dans les mois qui viennent. L'utilisation des protocoles est très pointue, elle demande des développeurs experts. La communauté est plus importante sur l'utilisation des API.

 

Et les troisième et quatrième principes de cette ouverture... ?

Le troisième principe concerne le niveau des données, et vise à faciliter leur importation et exportation. Enfin, le dernier principe a pour but de renforcer la collaboration au sein de l'écosystème de nos partenaires, clients, concurrents, et avec l'Open Source. Par exemple, le consortium IVA [ndlr pour Interop Vendor Alliance] a travaillé sur des scénarios autour de la sécurité, de la gestion système pour l'interopérabilité. Ou encore IEC, un conseil exécutif de clients, permet de faire remonter les problématiques des clients et cibler les besoins concrets. Des initiatives sont lancées comme l'interopérabilité des formats de documents. Microsoft s'implique également dans l'écosystème des éditeurs Open Source.

 

Microsoft ouvre aussi XMAL en licence OSP. Pouvez-vous expliquer les termes exacts de cette licence et ce que les développeurs sont autorisés de faire ?

600 pages de documentations XMAL ont été ajoutées au portail MSDN. Certaines technologies sont protégées par la propriété intellectuelle. La licence OSP engage Microsoft à en libérer totalement les documents mis à disposition. Pour chaque nouveau projet, on étudie au cas par cas quelle licence va être appliquée. Il y a 3 niveaux d'ouverture : soit des Open API, soit une licence RAND qui demande de très faibles royalties, soit une licence OSP qui concerne les Web services (SOAP), VHD, les protocoles...

 

Dans quelle mesure Microsoft coopère avec Eclipse ?

Il y a depuis 2 ans un premier pas vers l'Open Source a été réalisé via le lancement d'un portail communautaire, CodePlex, ciblant les développeurs souhaitant contribuer aux projets que nous lançons dans ce domaine. Pour le futur, Microsoft va en effet travailler sur un projet commun avec Eclipse mais ne va pas rejoindre la fondation. Ce projet consiste à développer un module pour permettre d'utiliser Java avec le runtime WPF, ainsi qu'avec Silverlight. Microsoft va mettre à disposition des documentations et des ressources techniques pour permettre aux développeurs Java d'Eclipse d'utiliser WPF.

 

Pouvez-vous nous citer d'autres démarches de ce type qui ont déjà eu lieu ?

Microsoft a collaboré à plusieurs projets Open Source depuis le début de sa démarche d'ouverture. On peut citer des collaborations avec l'entreprise Novell, la communauté Zend pour un projet PHP, avec Samba ou encore la fondation Mozilla pour le développement d'un plug-in Windows Media destiné à Firefox.

 

Microsoft est plus ouvert qu'on l'imagine

 

Ce dont on parle moins, c'est que Microsoft réalise de nombreux accords plus commerciaux, dans le monde Linux avec Novell, dans le monde PHP. Cette démarche se pousuit avec de nouveaux partenariats. Nous avons récemment signé avec XenSource dans la virtualisation. Tous les jours, des accords  d'échange sont conclus, portant sur des portefeuilles d'API, le monnayage de protocoles... Tout cela dépend de la technologie utilisée, de la valeur concurrentielle, de la valeur du marché...

 

Quels sont les futurs projets d'ouverture de Microsoft ?

En plus de la collaboration avec Eclipse, Microsoft va participer au développement d'une extension .POI qui permettra la manipulation de bibliothèques Java via OOXML [ndlr : Microsoft va travailler avec SourceSense]. Un projet avec Mozilla est également prévu. Notre métier est de créer de la valeur en développant des logiciels qui correspondent le mieux aux besoins des clients. L'ouverture apporte un dynamisme, crée des opportunités pour tout le monde, apporte de la valeur.

 

C'est la fin de la guerre froide. Propriétaires et Open Source ont compris qu'il y avait divers modèles économiques et qu'il fallait les utiliser le plus intelligemment possible. Il y a des choses à prendre des 2 côtés. Ces collaborations rapprochent les 2 mondes. Il existera toujours une concurrence mais grâce à la culture, la communication, les modèles de développement, aujourd'hui des ponts, des discussions sont possibles. On est dans une logique où tout doit interopérer.

 

L'investissement de Microsoft va dans le bon sens selon la communauté Open Source, même si il y en a toujours qui critiquent l'entreprise. Microsoft a de nombreux projets Open Source. La porte reste ouverte.


Microsoft / Eclipse