Ashley Madison : seulement 2 400 utilisatrices actives pour 11 millions d'hommes

L'analyse de l'activité des comptes du site de rencontres extraconjugales, dont la base de données a été hackée, révèle l'ampleur insoupçonnée des faux profils féminins.

Il y a huit jours, The Impact Team rendait public le contenu de la base de données du site de rencontres extraconjugales Ashley Madison qu'il avait hackée en juillet. Entre autres accusations, les hackers indiquaient que des milliers de profils féminins étaient des faux, produits par la société pour encourager les hommes à s'inscrire. Ce chiffre est en réalité considérablement plus élevé.

Gizmodo, qui s'est penché sur les inscrits et a analysé leur activité, a trouvé 31,3 millions d'hommes et 5,5 millions de femmes. Le ratio n'est déjà pas bon. Sauf que seuls 12 000 profils appartiendraient à des femmes réelles, qui ont fait la démarche d'ouvrir un compte. Pire : seulement 1 492 femmes ont consulté au moins une fois leur messagerie et 2 409 ont utilisé le chat au moins une fois. Elles sont également 9 700 à avoir répondu à des messages, ce qu'elles peuvent faire de façon semi-automatique via un pop-up sans se rendre dans la boîte de réception. L'analyse de la base de données montre également que 12 108 profils féminins (et 173 838 profils masculins) ont payé pour qu'Ashley Madison supprime leurs données (même si le site les a conservées), action que des faux profils n'auraient pas faite.

A partir de tous ces chiffres, qui incluent aussi les profils créés par des femmes à la recherche de leur mari infidèle, Gizmodo conclut que rapportés aux 5,5 millions de femmes apparaissant dans la base de données d'Ashley Madison, environ 0% ont eu une activité quelconque après la création de leur compte. Comme le formule très justement le site d'information, "l'écrasante majorité des hommes utilisant Ashley Madison n'avaient pas d'aventures. Ils payaient pour vivre un fantasme". Car à l'inverse, 20,2 millions d'hommes ont réellement consulté leur messagerie et 10 millions ont initié des sessions de chat.

Hacker