Comment faire face à la pénurie de salariés e-commerce Adapter la formation initiale, à l'image de l'EEMI

Marc Simoncini partage le constat de pénurie de candidats dans les métiers du Web. Pour le fondateur de Meetic et du fonds d'investissement Jaïna, le vrai problème se situe du côté des informaticiens. "En marketing, il suffit de former pendant six mois un diplômé d'école de commerce. En informatique, on ne forme pas quelqu'un en six mois."


Or les profils de bon niveau sont très difficiles à recruter. Les ingénieurs préfèrent travailler dans des grands groupes, qu'ils jugent plus valorisants que les start-up. Un vrai problème pour la France, regrette Marc Simoncini : "L'Inde et la Chine forment des dizaines de milliers d'informaticiens. C'est donc de ces pays que partiront les grandes entreprises Web de demain." Geoffroy Fourgeaud, DRH de Voyage-Sncf.com, confirme que sur les 100 recrutements planifiés chez l'e-voyagiste en 2011, 70 le sont dans l'informatique.

 

stéphanie de kerdrel, directrice de l'eemi
Stéphanie de Kerdrel, directrice de l'EEMI © Luc Pâris / Fevad

La pénurie de profils e-commerce étant aussi bien quantitative que qualitative, se pose la question de l'adaptation des filières de formation continue aux besoins du secteur. Marc Simoncini ouvre à la rentrée prochaine à Paris l'Ecole européenne des métiers de l'Internet (EEMI), avec Jacques-Antoine Granjon (Vente-privee.com) et Xaviel Niel (Iliad). "Nous trois n'avons pas ou peu fait d'études : sur dossier, nous n'aurions pas été reçus. A l'EEMI, nous voulons donc détecter des gamins qui ont une vraie passion. Les métiers du Web nécessitent un travail incessant pour se tenir à jour. S'ils ne sont pas mordus, ils seront tout de suite dépassés."


Titulaires du bac, les étudiants suivront un tronc commun généraliste en première année, qui inclura des enseignements d'anglais, d'économie et de droit. Les deuxième et troisième années les formeront à des métiers précis. Geoffroy Fourgeaud remarque en effet que les managers veulent des jeunes déjà formés : "Ils n'ont pas le temps de les former eux-mêmes".

 

Stéphanie de Kerdrel, directrice de l'EEMI, met d'ailleurs l'accent sur la longue durée des stages que devront effectuer ses étudiants. Vincent Ducrey, conseiller Communication Internet auprès du ministre de l'éducation nationale Luc Chatel, partage cette opinion : "Les jeunes n'ont pas cette culture de l'entreprise. Il leur faut faire des stages longs."

vincent ducrey, geoffroy fourgeaud, françois momboisse, pierre cannet, marc
Vincent Ducrey, Geoffroy Fourgeaud, François Momboisse, Pierre Cannet, Marc Simoncini, Monika Siejka, Nathalie Lemonnier © Luc Pâris / Fevad

Fevad / Marc Simoncini