Les étapes du financement des sites marchands passées au crible Le groupe industriel s'implique à très long terme

L'apport du groupe industriel qui acquiert un e-commerçant prend des visages variés. Chez Rue du Commerce, Gauthier Picquart mentionne bien sûr les financements, "qui permettent de faire entrer l'entreprise dans une nouvelle phase de croissance". Le site marchand bénéficie également de l'expertise RH, financière ou encore liée aux services généraux de sa nouvelle maison-mère. "Altarea nous fait aussi profiter de toutes ses relations avec les enseignes de distribution partenaires de ses centres commerciaux", ajoute-t-il.

Le rôle de l'actionnaire industriel diffère beaucoup de celui des fonds. Son implication est plus grande, explique de son côté Olivier Bernasson. "Oxylane ne fait pas de spéculation et ne revend pas ses sociétés, la famille Leclercq les transmettra à ses enfants. Cette optique nous permet de travailler plus sereinement, car en cas de pépin Oxylane est là, mais aussi de nous montrer plus ambitieux." Ceci sans que le groupe n'ait besoin d'apporter de financement à Pecheur.com.

Ne pas s'adosser trop tôt

Pourquoi alors ne pas avoir recherché cette sécurité plus tôt ? "En 2006, lorsque nous préparions notre levée de fonds, nous aurions sans doute déjà dit oui à une proposition de rachat d'Oxylane, admet Olivier Bernasson. Mais nous n'aurions sans doute pas été assez forts pour ne pas devenir comme eux." Car c'est bien dans les années qui ont suivi que Pecheur.com a construit son savoir-faire et est devenu un pure player solide, qui apporte aujourd'hui ces qualités à Oxylane. Sans oublier, bien sûr, que sa valorisation s'est accrue entre temps. Marc Menasé conseille également de ne pas s'adosser trop tôt à un groupe industriel. "Il ne sait pas 'dormir' comme peut le faire un fonds et privilégiera toujours ses intérêts."

Pour l'instant, le patron de Meninvest affirme avoir pour seul objectif d'atteindre 100 millions d'euros de chiffre d'affaires et de faire son site marchand Menlook un acteur global de la mode masculine. S'il exclut une introduction en bourse, il pense en revanche qu'à ce stade, le savoir-faire de distribution sélective en ligne qu'il aura développé pourra intéresser deux types d'acteurs : les groupes de luxe ou de distribution de mode, ou les acteurs e-commerce mondiaux. "Et pour passer de 100 millions à 1 milliard, il faudra bien l'appui d'un industriel", conclut-il en souriant.

les participants à l'atelier 'le financement vu de l'intérieur' des enjeux
Les participants à l'atelier "Le financement vu de l'intérieur" des Enjeux E-Commerce du 27 juin 2013 © C.Debise/JDN

Capital risque / Levée de fonds