Pratiques et tendances de l'e-mailing L'acquisition de nouveaux contacts, la priorité des priorités

Trop intrusifs, pas assez personnalisés, privilégiant la quantité à la qualité... Les critiques à l'égard des pratiques des spécialistes de  l'emailing ont longtemps fleuri. Ces derniers semblent avoir pris la mesure de ces griefs et décidé d'y remédier, sans doute aidés par la baisse des taux d'ouvertures de mails ces dernières années. Interrogés sur les objectifs qu'ils se sont fixés en matière d'e-mail marketing pour l'année, les annonceurs semblent confirmer leurs velléités "qualitatives". Parmi leurs priorités figurent ainsi l'acquisition de nouveaux contacts (à près de 50%), leur fidélisation (47%) et la transformation des prospects (39,1%).

 

Autant de résolutions susceptibles de permettre aux professionnels du secteur de renouer avec le cercle vertueux qui a permis à l'e-mailing d'atteindre une telle rentabilité. La volonté d'augmenter leurs ventes ou de générer du trafic vers leur site semble relever des priorités secondaires. L'envie d'optimiser la pertinence du contenu des e-mails est, elle, en progression de 23% par rapport à l'année précédente. Une bonne nouvelle tant l'on sait l'importance de "personnaliser" sa communication si l'on veut que celle-ci fonctionne et donne envie au contact de cliquer et s'engager avec la marque.

 

les priorités des annonceurs pour 2012
Les priorités des annonceurs pour 2012 © Dolist

Dernier aspect, la délivrabilité des e-mails, légèrement en baisse ces dernières années, semble un peu moins préoccuper les professionnels, avec une chute de cet item de 45 points en deux ans. Une baisse que l'étude met sur le compte de la démocratisation des outils d'optimisation de la délivrabilité et des pres­tations d'accompagnement qui se développent chez les prestataires.

Acquisition / Fidélisation