Nom de domaine : des enchères pour esquiver les conflits juridiques ?

Pour esquiver les conflits juridiques, l'ICANN veut étendre les enchères sur les noms de domaine entre internautes. Explications.

Pour esquiver les conflits juridiques, l'ICANN veut étendre les enchères entre internautes. Explications

A nouveaux noms de domaine, nouvelles modalités d'attribution. L'Internet Corporation for Assigned Names and Numbers (ICANN), organisme de droit californien à but non lucratif, envisage de développer la mise aux enchères des noms de domaine pour résoudre les éventuels litiges lorsque plusieurs candidats se disputent une extension.

Passé un délai de trois mois, et si un aucun accord n'a été trouvé entre les acquéreurs potentiels, l'attribution du nom de domaine se règlera aux enchères. Le frein  le plus important sera alors celui du prix.

L'ICANN supervisera les opérations, sans qu'on en connaisse encore les modalités d'arbitrage et d'acquisition.  Mais, remarquons que cette procédure d'acquisition n'est pas nouvelle, puisque c'est ainsi qu'ont été attribués les noms de domaine en ".mobi"  destinés à la téléphonie mobile et ".asia".

Et les sites Internet Pool ou Sendo proposent déjà leurs services pour ce genre de transactions.

Il est vrai que cela peut rapporter gros. Récemment le nom de domaine hosting.mobi a ainsi été vendu 101.000 dollars (64.720 euros), tandis que bank.mobi a été cédé pour 51.500 dollars (33.000 euros).

Il me semble qu'en généralisant ce procédé de mise aux enchères des futurs noms de domaine génériques, l'ICANN va  faire s'envoler les prix et de développer le "domain parking".

Soulignons, ici, que le "domain parking" consiste à enregistrer un maximum d'adresses puis à rediriger le trafic vers des pages de liens publicitaires. Ce principe, s'il génère un volumineux trafic de visiteurs uniques, peut constituer une manne considérable pour les propriétaires des noms de domaine.

La solution de l'ICANN est hasardeuse. Car, alors qu'elle n'a jamais défini de règles claires sur l'enregistrement, elle envisage désormais pouvoir résoudre les problèmes en multipliant les noms de domaine. Or, il me semble que cela ne changera rien. Bien au contraire cela risque de ne faire  qu'empirer les choses. Plutôt que d'esquiver les litiges, l'ICANN est en train de saper le terrain et donc d'encourager les conflits. A suivre.

Autour du même sujet