Protéger les consommateurs des dépôts de bilan

Les dépôts de bilans se multiplient. Les e-consommateurs sont particulièrement touchés. Les actions de classes permettraient une sécurité juridique plus effective. Elles complèteraient ainsi le récent dispositif SARVI en vigueur depuis le 1er octobre.

Il faut rendre grâce à la Camif d'avoir attiré l'attention du grand public sur le risque le plus important qui pèse aujourd'hui sur le consommateur : il n'est pas à l'abri d'une cessation de paiement de son fournisseur. Dans ce cas, il est bien probable qu'il ne recevra jamais le produit qu'il a payé, sans pour autant être remboursé.

La montée en puissance du e-commerce ayant distendu le lien physique direct entre le commerçant et le consommateur, la santé économique du fournisseur est devenue d'autant plus difficile à apprécier. Ainsi, un site Internet attractif peut parfaitement dissimuler une entreprise en train de s'effondrer. Par un effet de contagion, la crise économique actuelle peut frapper par surprise n'importe quel fournisseur. Son site Internet restera toujours aussi séduisant. Les consommateurs semblent pourtant ignorer ce risque caché. Et le couple prix-produit reste encore largement le critère prépondérant de la décision d'achat. De fait, les moteurs de comparaison délaissent pour la plupart le risque de non-livraison. Celui que les banquiers désignent de longue date comme le risque de contrepartie.

Quelles garanties de livraison propose le fournisseur, quel est son "track-record", quels comptes a-t-il publié récemment, qui sont les dirigeants et les actionnaires ? Autant de questions souvent ignorées par l'e-consommateur. Il s'agit pourtant de paramètres essentiels à lui faire connaître, pour réellement l'aider à choisir de manière éclairée.

Ce besoin émergent est d'autant plus aigu que les brebis galeuses se mêlent aujourd'hui au troupeau. La loi du 26 juillet 2005 sur les entreprises en difficultés ayant si bien réussie à protéger les dirigeants, il est devenu tentant pour certains de s'en servir. On l'aura deviné, l'armée des grugés de l'internet grossit à vue d'oeil en ces temps de crise. Quelques minutes de navigation sur les forums des associations de consommateurs permettent de le constater.

Les produits dont la valeur est comprise entre 200 euros et 1000 euros sont de fait les plus souvent cités. L'internaute est à l'affut de la bonne affaire et l'achat n'est pas assez important pour qu'il s'entoure de toutes les précautions : le e-délinquant le sait et le chasseur de prix devient sa proie. Il lui suffit ensuite de faire traîner ses livraisons puis de saisir le tribunal de commerce afin de faire constater la cessation de paiement.

L'ouverture de la procédure collective entraîne alors l'arrêt des poursuites individuelles de tous les créanciers. Les e-consommateurs lésés rejoignent alors le bataillon des sans-grades, celui de créanciers chirographaires, ne disposant d'aucune sûreté pour garantir leur remboursement. L'article L.621-10 du Code de  commerce prévoit cependant qu'ils peuvent demander la désignation d'un contrôleur soit pour les représenter.

En pratique, on voit toutefois mal comment ceci pourrait fonctionner. L'absence de taille critique est un obstacle trop fort à surmonter. Comment les consommateurs pourraient-ils bien s'organiser sans un cadre qui structure leurs actions ? Qui parmi eux disposerait individuellement d'assez de temps et des connaissances juridiques lui permettant d'agir efficacement auprès des organes de la procédure collective ? Dans ce contexte de crise économique, un cadre à la fois juridique et économique prend ainsi encore plus de sens pour organiser l'action collective des plus faibles. La mise en place en France des actions de classes devrait de la sorte répondre à l'intérêt général.

Il reste que, malgré toute l'efficacité de la procédure collective, le e-commerçant peut s'avérer insolvable. Ceci sera souvent le cas lorsque qu'il aura agi de manière délibérément frauduleuse. Cette intention est toujours difficile à caractériser et la présomption d'innocence profite naturellement aux dirigeants. Une énergie considérable doit alors être investie pour contrecarrer la propension du Parquet au classement sans suite.

Ici encore, le cadre de l'action de classe devrait permettre d'atteindre la taille critique nécessaire aux plus faibles pour faire entendre leur voix. Dans l'hypothèse où l'infraction serait retenue par le tribunal, le très récent SARVI (Service d'Aide au Recouvrement des Victimes d'Infractions), en vigueur depuis le 1er octobre 2008,  devrait favoriser l'indemnisation des victimes. Il en va ainsi notamment pour les préjudices d'un montant inférieur à mille euros, qui représentent la très grande majorité des plaintes des e-consommateurs.  Le nouveau dispositif prendrait alors tout son sens : contribuer effectivement à une meilleure justice sociale, en phase avec la société de l'économie numérique. Les e-commerçants ne pourraient que se réjouir d'un meilleur sentiment collectif de sécurité.

Autour du même sujet