Entreprises en difficultés : anticipez et rebondissez !

Nombreux sont les dirigeants qui pêchent par excès d’optimisme sur l’avenir de leur entreprise. Mais une procédure de redressement judiciaire se termine rapidement en liquidation judiciaire. Il existe pourtant des portes de sorties, à condition d’anticiper.

Détecter les signes précurseurs d'une dégradation de la situation de l'entreprise. Allongement des délais de règlement clients, vieillissement des stocks, trésorerie nette significativement négative témoignent généralement d'une aggravation certaine de la santé financière de votre entreprise. En particulier, comparez cette trésorerie négative  (en fait des crédits bancaires court terme) au financement stable (capitaux propres + endettement moyen long terme). Si ces crédits bancaires à court terme sont prépondérants dans le financement de votre entreprise, leur dénonciation brutale par les banques, la conduira très probablement à déposer le bilan.   Portez une réflexion en profondeur sur le business model (modèle économique) et sur la stratégie de l'entreprise. A ce stade, il s'agit de bien comprendre les raisons des performances, économiques et financières, déclinantes de votre entreprise. Etablissez notamment à cet effet une matrice des risques relatifs au marché sur lequel votre société évolue (opportunité/menaces), puis des forces/faiblesses de cette dernière (SWOT Analysis).  Et pour avoir du recul sur cette appréciation, faites-vous assister par les membres du conseil d'administration, actionnaires ou associés et des conseils (experts-comptables notamment).   Puis appréciez le coût de la réorientation de votre stratégie. Pour cela, établissez un business plan, comprenant un compte de résultat prévisionnel et de plan de trésorerie prévisionnel.  Incluez-y à cette occasion les fonds propres que vous pourriez apporter à la recapitalisation de vote société (ces derniers ouvrent droit à une réduction de 50% sur votre impôt sur la fortune, ou de 25% sur votre impôt sur le revenu (cf. Capital ou compte courant : comment financer votre société). Ensuite, tentez de réduire le besoin en fonds de roulement. Dans cette perspective, relancez les clients pour toute créance échue. Si vous avez des stocks « morts », sans utilisation pour la société, monétisez-les. Si votre entreprise dispose d'un solde créditeur de TVA, demandez en le remboursement à l'Administration fiscale. Enfin, examinez votre bilan pour déceler tous les actifs non nécessaires à l'exploitation de la société, en vue d'une éventuelle cession.     En outre, pour accélérer le redressement de la situation, avez-vous exploré toutes les sources de financement public, aides fiscales notamment ?  Au cours des trois dernières années,  votre société a-t-elle sollicité le remboursement du Crédit d'impôt recherche (CIR) ? Pourrait-elle être  exonérée des charges sociales patronales d'URSSAF propres au statut de Jeune Entreprise Innovante (JEI) ? Votre société a-t-elle bénéficié du carry-back (remboursement, sous certaines conditions, de l'impôt sur les sociétés payé au cours des 3 exercices précédents). A défaut, votre société pourrait-elle être considérée comme une entreprise nouvelle, lequel statut permet d'obtenir une exonération des impôts locaux?   Enfin, une fois établis le plan de financement prévisionnel, et l'impasse provisoire de financement, sollicitez auprès du tribunal une demande de conciliation.  

Autour du même sujet