Facebook : l’engagement utilisateur valorisé par les nouveautés du F8

Au F8, Facebook confirme son souhait de privilégier les dispositifs qui créent de la valeur pour les utilisateurs. Pages Fan sans intérêt, courses aux fans, pollution des murs... le grand nettoyage a commencé.

Il fallait s'y attendre. Et pas besoin de regarder les dernières études, unanimes, pour comprendre que lorsque les marques poussent de l'information sans intérêt, à un rythme rapide qui plus est, les utilisateurs décrochent et unlikent les pages. Les mises en garde de facebook aux marques sur les risques de telles pratiques, qui finissaient par fragiliser la plateforme dans son ensemble, ne suffisaient pas. Les nouveautés annoncées lors du F8 adressent astucieusement le sujet. On peut continuer à pousser des dispositifs sans intérêt sur facebook, mais ce ne sera plus qu'un bruit de fond sur le ticker.  Désormais c'est l'engagement réel des utilisateurs qui va être valorisé, que ce soit sur le newsfeed ou la timeline (les nouvelles pages profils). Un vrai challenge - positif - pour tous les annonceurs.

Dans cette lignée, l'Open Graph nouvelle mouture va permettre de mieux qualifier cet engagement utilisateur, qu'il se fasse sur facebook ou - encore mieux - sur les sites web existants qu'on aura pris soin de « socialiser » intelligemment. « Regarder » un film, « lire » un article, « écouter » un morceau de musique, « se passionner » pour un sujet, « rêver d'acheter » un produit : l'engagement internaute se structure, se matérialise. Ce que facebook va probablement faire au cours des prochains mois, c'est ce que beaucoup n'imaginaient pas pouvoir faire même au bout de plusieurs années : donner un sens, structurer sémantiquement l'ensemble du  web et ses interactions avec les individus. Le fait d'avoir des actions structurées de type « watch », « listen », etc. permet de qualifier la relation, l'engagement et les actions des individus, d'agréger ces actions au niveau d'une personne ou d'un ensemble de personnes (ses amis par exemple) pour leur donner une nouvelle ampleur, un nouveau rayonnement, et une capacité virale sans précédent.

Cette bataille se joue donc dans l'enceinte facebook, mais surtout à l'extérieur, sur le web dans son ensemble. L'enjeu est donc bien de s'approprier la recommandation sociale dans sa nouvelle dimension, notamment via les derniers social plugins ; ceux qui n'auront pas le courage, l'énergie et la motricité de le faire seront condamnés à acheter de la publicité traditionnelle pour compenser - peut être en vain.
Et parce que facebook a eu l'intelligence de ne pas se positionner en concurrents de services (dans la musique par exemple), mais bien en catalyseur de ces mêmes services (comme Spotify), il y a fort à parier que la plateforme facebook va rester pour encore longtemps l'infrastructure de socialisation du web.

Bref, l'année qui vient va être passionnante. Fini la réplication à outrance de dispositifs sans intérêt, il faut désormais combattre sur le terrain de la vraie proposition de valeur aux internautes. Cela impose une réflexion stratégique, une capacité à délivrer des solutions qui vont combiner de la technique, des idées, du contenu. Aussi bien sur  les applications facebook qui seront développées (et qui ne persisteront sur la timeline que grâce à leur valeur ajoutée réelle), que sur les sites web dont la « socialisation » est encore balbutiante.

Autour du même sujet