Tirer parti des médias sociaux: la bataille pour l'attention du consommateur

Une présence sur Facebook, Twitter, LinkedIn, Pinterest, Tumblr et de nombreux autres sites doit être considérée et au sein de chacune de ces plateformes, les marketeurs doivent prendre d’autres décisions concernant la méthode de distribution.

Le marketing est plus que jamais primordial dans le développement d’une entreprise et l’accent est définitivement passé du offline à l’online, où le choix des moyens et plateformes est de plus en plus important. Faut-il utiliser du texte ? De l’audio ? Des images ? Des vidéos ? Tout ? Il existe certes beaucoup d’opportunités mais également beaucoup de confusion. Il est de plus en plus difficile pour les entreprises d’avoir une longueur d’avance, de convaincre leurs clients et de s’assurer qu’elles véhiculent bien les bons messages sur tous les canaux.
La vidéo est de plus en plus importante mais reste malgré tout encore sous-utilisée par les marketeurs.
Il n’est pas étonnant que de nombreux marketeurs se cantonnent à des méthodes traditionnelles comme du simple texte ou des images, en écartant totalement le son et la vidéo.
L’année 2012 marquera  toutefois ce changement.  Utilisée correctement, la vidéo est le moyen le plus convaincant dont disposent les marketeurs. Couplée avec une meilleure utilisation des données d’analyse, la vidéo devrait pouvoir régénérer l’industrie. Avec la vidéo, le contenu est dynamique, accrocheur, les gens restent plus longtemps sur la page et peuvent entrer en contact avec l’entreprise à un niveau plus personnel qu’avec du texte ou des images. Les outils d’analyse améliorés permettent également aux marketeurs de mieux comprendre les préférences de leur audience. L’émergence de tablettes et d’écrans mobiles connectés signifie qu’il existe désormais plus que jamais des moyens d’engager les utilisateurs et de bénéficier de contenu professionnel. Cette nouvelle accessibilité fait de la vidéo un outil viable et même essentiel pour le marketing en ligne.
L’opportunité a été soulignée dans le dernier indice vidéo d’Ooyala, duquel se détachent les grandes tendances de la vidéo en ligne. Les résultats de cette étude sont déterminés en partie par les taux de conversion (rapport entre les vidéos diffusées et les vidéos lues) et au cours du 4e trimestre de 2011, le taux de conversion moyen a augmenté de 4,5 %, révélant ainsi une nette hausse de l’engagement des utilisateurs vis-à-vis de la vidéo. De plus en plus de vidéos sont visionnées en ligne, et ces vidéos sont de plus en plus longues.
Le rapport souligne également l’importance des médias sociaux. Au cours du 4e trimestre de 2011, le partage de vidéos sur les médias sociaux a divisé les réseaux en fonction de leur popularité. Malgré le caractère purement social de Twitter, les utilisateurs préfèrent copier et coller les URL des vidéos plutôt que de les tweeter. Twitter arrive ainsi derrière Facebook et le copier-coller des URL des vidéos lorsque les utilisateurs ont la possibilité de partager des vidéos. D’après le dernier indice trimestriel d’Ooyala, les vidéos sont 10 fois plus partagées sur Facebook que sur Twitter. Ceci ne signifie pas que les entreprises ne doivent pas utiliser Twitter pour la vidéo. Les marketeurs doivent comprendre où se trouve leur audience pour chaque contenu, plus que pour n’importe quel autre contenu. Par exemple, la vidéo professionnelle du discours d’un PDG peut être postée sur LinkedIn, mais pour l’audience de Facebook, cette vidéo ne présentera pas d’intérêt.
Les éditeurs de contenus vidéo doivent également garder à l’esprit que les différents appareils créent différentes habitudes de consommation. L’expérience de visualisation peut être optimisée en évaluant et en s’adaptant à ces différences. La tendance est au contenu « on-the-go ». Nous regardons plus que jamais du contenu vidéo sur les tablettes Android et iPad et utilisons de plus en plus nos téléphones pour les mêmes raisons. Les appareils mobiles, consoles de jeux et tablettes, d’après l’indice du 4e trimestre de 2011, montrent des schémas de croissance et enregistrent une croissance projetée d’une année sur l’autre de respectivement 224 % et 460 %. Ceci pourrait augmenter davantage avec une opportunité croissante pour les utilisateurs de regarder leur programmes préférés sur ces appareils au moment où il y aura davantage de « contenu TV original » en ligne. Les marketeurs ont ainsi tout intérêt à suivre cette demande, créer du contenu facile à visionner sur n’importe quel appareil, du contenu court, accrocheur et facilement mémorisable.
Les vidéos sont devenues un outil inestimable pour permettre aux entreprises d’entrer en contact avec leurs clients et prospects. En étant capables d’analyser les performances de ces vidéos, les éditeurs et marketeurs ont un net aperçu du ROI et peuvent commencer à ajuster leur contenu à des secteurs spécifiques, étendant ainsi leur portée et impact. De plus en plus de personnes à travers le monde ont accès à la vidéo : de plus en plus d’appareils sont achetés à l’échelle mondiale et les gens passent de plus en plus de temps à regarder des vidéos. Les économies émergentes ont connu un flux de visionnage et partage de vidéos en ligne, sur une variété d’appareils. D’après les estimations, il devrait y avoir 500 millions de tv connectées, 1 milliard de smartphones et 325 millions de tablettes, avec une audience globale d’1,2 milliard de visionneurs.
Ces chiffres parlent d’eux-mêmes : pour rencontrer le succès, le futur des marketeurs est dans la vidéo.

 

Autour du même sujet