Les services "speech as a platform", le retour de la voix !

Les applications utilisant la reconnaissance vocales permettent un retour de la voix au premier plan des usages mobiles innovants. Un enabler clés pour les services mobiles

Lorsqu'Apple a lancé en 2011 son service de reconnaissance vocale Siri permettant de commander son téléphone, Steve Jobs a été clair, il s'agissait de faciliter la vie des utilisateurs de l'iPhone.
Depuis Apple a muri son approche et surtout fourbit ses armes. Avec la présentation de son système d'exploitation iOS6, Apple positionne Siri comme un véritable assistant virtuel mobile (Mobile Virtual Assistant ou MVA), et positionne la reconnaissance vocale comme une plateforme de services avec en ligne de mire une nouvelle forme de concurrence à Google dans le "Search"  mobile. Siri est un service qui permet à l'utilisateur d'émettre une commande vocale, qui est envoyée dans le data centre d'Apple pour être analysée, afin de lancer des actions sur l'iPhone tel que l'envoi de SMS, le lancement d'une musique en particulier, etc.
La nouveauté à venir de Siri, réside dans l'ouverture du service à des tiers, que ce soit en termes d'applications ou de fournisseurs de services, permettant à l'utilisateur de commander son smartphone par la voix et de lancer des recherches internet.
En effet, Apple a établi des partenariats avec des acteurs aux États-Unis comme Wolfram Alpha Yelp, Rotten Tomatoes ou Open Table qui lui permettent de faire des recherches sémantiques, sur des restaurants, des films avec une notation/appréciation de la part de clients, mais aussi afin de pouvoir réserver une table ou acheter des billets pour une séance. Apple a pour objectif d'utiliser la voix afin de fédérer tout un écosystème qui va lui permettre d'augmenter la qualité de sa plateforme mobile, mais aussi de garder davantage l'utilisateur dans son univers de services et d'augmenter l'adhérence  à ses services et donc à sa marque. La voix devenant une arme de plus afin de désintermédier Google en détournant l'utilisateur de la recherche internet classique, comme il le fait déjà via les applications mobiles.
Google est majoritaire dans la recherche internet sur ordinateur, et le marché de la publicité online, sur le mobile il détient 50% du marché sur le mobile dont 40% proviennent de l'OS d'Apple. Son activité mobile réside en grande partie  sur les 'mots-clés' qui sont au centre de son moteur de recherche qui constituent sa force mais aussi sa faiblesse.
C'est bien cet atout maitre qu'Apple veut contrer en changeant les règles du jeu et en utilisant ses propres atouts, en se gardant bien d'attaquer frontalement Google sur son terrain de prédilection.
Il s'agit  d'aller plus loin que les simples 'Keywords', ce que ne peut faire Google,  ne serait-ce que parce que ces fameux mots-clé constituent la pierre angulaire de son activité de recherche mais aussi de sa technologie publicitaire 'Adsense'. Le service Siri est ainsi positionné comme un facilitateur de services, qui permet d'orienter le client vers des moteurs de recherche qui  contourneraient le géant Google pour des recherches fréquentes et plus contextualisées.
La voix permet ainsi de réduire les freins à la recherche, Apple privilégiant des moteurs de recherche verticaux sur des recherches de la vie courante afin de capter une grande part des usages clients.Ces moteurs de recherche proposent des résultats découlant d'une ligne éditoriale avec une indexation qui est plus limitée en quantité, mais plus importante en qualité et une sélection par des spécialistes du segment c'est-à-dire un enrichissement humain (social en grande partie) combiné à des algorithmes (que ce soit en termes de sources ou d'informations). Apple mise donc sur Siri afin de permettre à ses utilisateurs d'avoir un focus sur le segment de recherche qui leur importe, une rapidité d'accès à l'information désirée ainsi que des premiers résultats pertinents notamment par le biais de la contextualisation notamment la géolocalisation.
Le géant de Cupertino crée ainsi un stack de services complet mêlant hardware/OS/Service de Reconnaissance vocale/Services de recherche internet, où le passage obligé, n'est plus le navigateur internet, et donc Google par association.
Bien sûr la technologie est encore perfectible et nécessite une connexion data, mais au-delà d'une modification de la simple interface utilisateur la voix devient une véritable plateforme "Double Sided" à part entière (Hébergée sur la plateforme Applicative iOS) car elle permet de mettre en relation des tiers (Développeurs d'applications, sociétés web…), avec des utilisateurs finaux afin de leur proposer moult services, Apple permettant à terme d'incorporer la reconnaissance vocale au sein de chaque application/service. Les impacts en termes de contenu sont aussi importants. La reconnaissance vocale permet, en complément de la numérisation des contenus, d’indexer et de retrouver des archives dans les contenus oraux et vidéos qui sont à ce jour mal-indexés sur Internet. C’est la possibilité de rendre Internet, et la recherche, réellement multi-média et plus seulement textuel. Les conséquences seront significatives dans l’accès à des contenus venant d’autres médias : archives numérisées des radios, des émissions de télévision, vidéo ou film. 
En facilitant l'utilisation courante de leur smartphone via des commandes vocales, Apple peut ainsi évangéliser ses clients et dans un deuxième temps amener les tiers à utiliser le service, ce qui entraine un network effect Utilisateurs vers Développeurs/fournisseurs de services, ce qui permet d'auto-alimenter sa plateforme voix ("Speech as a Platform").

J
ean-Michel Huet, Directeur Associé BearingPoint et Tariq Ashraf, Manager BearingPoint.

Autour du même sujet