Nouvelles extension Internet, où en sommes-nous ?

1930 candidatures pour la gestion de nouvelles extensions Internet ont été dévoilées en juin dernier. L'examen de ces dossiers est en cours, avec déjà quelques déchets, et des premiers résultats prévus pour mars 2013.

Ils ne sont plus 1930. 13 candidats à la gestion d'une extension Internet de premier niveau (comme un .SPORT ou un .GOOGLE) se sont déjà désistés. L'ICANN, l'organisme en charge du programme de création des extensions, a validé six désistement pour les extensions suivantes : .AND, .ARE, .EST, .CHATR, .KSB et .CIALIS. Les 7 autres sont en cours de traitement.
Les candidats dont les dossiers sont déjà annulés devraient récupérer US$ 148 000 sur les US$ 185 000 qu'ils ont déboursé pour faire enregistrer leurs demandes. En fonction des temps de traitement, les 7 restants peuvent espérer soit toucher la même somme, soit un montant légèrement minoré de US$ 130 000.

Pas de risques pour le système
Pour ceux qui veulent rester en lice, la procédure d'évaluation se poursuit. Les vérifications s'effectuent sur sept principaux critères :

  • financiers ;
  • techniques ;
  • si l'extension demandée est à considérer comme géographique ;
  • la similitude entre l'extension demandée et un autre dossier ou une extension existante ;
  • les éventuels risques que l'extension pourrait faire peser sur le système de nommage de l'Internet ;
  • le bien-fondé des services proposés par le gestionnaire dans le cadre du fonctionnement de l'extension ;
  • et la vérification du candidat lui-même.

Ces vérifications, opérées par des panels indépendants, n'en sont pas toutes au même stade. Certaines sont déjà terminées (ainsi sait-on qu'aucun des dossiers ne fait peser de risques au système de nommage) et d'autres ne pourront l'être avant août 2013. En attendant, le travail de vérification génère bien entendu des questions additionnelles. Elles seront posées aux candidats concernés à partir de janvier prochain.
Fin possible en 2015. Le calendrier actuel prévoit d'annoncer les premiers dossiers validés pour mars 2013 et les derniers en août 2013. Il s'agit bien entendu des dossiers ne requérant pas de travail supplémentaire, c'est à dire ayant passé les 7 champs de vérifications susmentionnés sans encombre. Mais certains seront sans doute plus complexes à examiner et devront attendre leur feu vert plus longtemps.

Quels dossiers seront validés en premier, dès mars 2013 ? L'ordre de traitement sera établi lors d'un tirage au sort organisé par l'ICANN au Hilton de l'aéroport de Los Angeles (LAX) le 17 décembre 2012. On a beau être à l'ère numérique et parler d'extensions Internet, il sera impossible de participer à distance. Chaque candidat devra se déplacer physiquement, ou se faire représenter sur place. A la fois pour acheter les tickets qui seront mis en vente à partir du 12 décembre au prix de $100, et pour participer au tirage du 17.

Lorsque les premiers dossiers auront été validés à partir de mars 2013, dans l'ordre déterminé par ce tirage au sort, l'ICANN prévoit de pouvoir déléguer (c'est à dire activer sur Internet) 20 extensions par semaine.
Ainsi, si aucun nouveau désistement n'apparaît et que tous les dossiers se révèlent suffisamment bien ficelés pour être validés dès le premier coup, l'ICANN estime pouvoir terminer le traitement de ces quelques 2 000 dossiers en avril ou mai 2015.

Mille de plus ? Mais dans les faits, certains experts estiment que le nombre de nouvelles extensions issues de ce processus ne devrait dépasser les 1 200.
D'après les premières analyses, plus de 700 dossiers pourraient en effet ne pas aller au bout. Environ 600 pourraient être des demandes multiples pour une extension identique ou trop similaire. Une soixantaine pourrait être concernée par des protestations émanant de gouvernements ou d'associations par exemple. Soixante autres dossiers pourraient échouer en raison de la faillite ou d'un défaut similaire de leurs demandeurs, ou devoir faire l'objet d'examens approfondis par l'ICANN qui les empêcheraient d'aboutir.
Voilà qui laisserait quand même plus de mille nouveaux termes génériques révolutionner la racine de l'Internet, qui du .COM au .POST en passant par le .CAT n'en compte aujourd'hui que 22.

Autour du même sujet