$200 millions de budget pour les noms de domaine

L'ICANN vient de publier son budget prévisionnel pour l'année fiscale 2014. Avec $200 millions et plus de 300 employés, le régulateur du nommage sur Internet n'a plus rien d'une start-up.

Lancement des nouvelles extensions Internet (de type .SHOP, .BLOG ou .HOTEL), internationalisation par le biais d'antennes régionales ouvertes cette année dans des endroits comme Singapour ou Istanbul, fort accroissement du nombre d'employés, l'ICANN est en pleine expansion. A l'image du budget que cet organisme à but non lucratif relevant du droit californien vient de révéler.

Sur les plans des finances comme des ressources humaines le changement d'envergure de l'ICANN est colossal. En juin 2012 (l'année fiscale de l'organisme allant de juin à juin), il y avait 158 employés, dont 20 assignés au programme des nouvelles extensions. A juin 2014, l'ICANN prévoit 306 employés, dont 75 pour les nouvelles extensions. En deux ans, le nombre de salariés aura donc augmenté de presque 94 % !

L'évolution financière est encore plus spectaculaire avec une progression d'environ 185% de juin 2012 à juin 2014. Il y a deux ans, le budget de l'ICANN était sous les $70 millions. En juin prochain, il devrait être de $200,263 millions !
Bien entendu, cette explosion s'explique en grande partie par les nouvelles extensions. Pour préparer son budget 2012, l'ICANN avait tablé sur la réception de 500 dossiers de candidatures à $185,000 chacun. Le prix n'a pas changé, mais lorsque les dossiers ont été dévoilés le 13 juin 2012, il y en avait un peu plus que les 500 estimés puisque le nombre total était de 1930 !

L'impact des nouvelles extensions est clair à la lecture du budget 2014.
Le prévisionnel opérationnel n'a finalement pas beaucoup évolué par rapport à 2012 puisqu'il est de $88 millions. Mais le programme des nouvelles extensions y ajoute la bagatelle de $112 millions. Au total, une fois les coûts pris en compte, l'ICANN devrait se retrouver avec un surplus de $46,5 millions.

S'il s'agissait d'une société commerciale, on appellerait cela des bénéfices. Mais l'ICANN est sans but lucratif et va donc devoir trouver une autre utilisation pour cette jolie somme. A moins que ne se réveillent ceux qui, à l'époque, ont décrié une taxe de dépôt de dossier nouvelle extension à leurs yeux trop élevée. Taxe soi-disant étudiée uniquement pour permettre à l'ICANN de rentrer dans ses frais de développement et gestion du programme…

Autour du même sujet