Pour ses 10 ans, la grand-messe du e-commerce n’a pas déçu : retour sur l’IRCE 2014

C’est à Chicago, sur les terres des pionniers du retail, que la crème du e-business mondial se réunissait pour la dixième année consécutive, et c’était un événement à ne pas rater !

Si l’édition de l’année dernière était un peu décevante, parce que pauvre en nouveautés, celle de cette année apportait son lot d’innovations, mais aussi une posture visionnaire, portée par quasi tous les intervenants :

« Messieurs, ça n’est pas parce qu’on fait des croissances à deux chiffres depuis des années et qu’on est les meilleurs de notre industrie qu’il faut se reposer et cesser d’innover ! Souvenez-vous de vos échecs (à commencer par la saison des fêtes 2013 qui a été une catastrophe en termes de livraison), pensez à vos clients, et remettez-vous au boulot ». Inspirant !
Plus concrètement, on note cette année que les plateformes e-commerce étaient un peu en retrait, comme pour symboliser que la technique se commoditise et que le véritable enjeu est dans le marketing et le service au client.
On remarque aussi qu’à peu près tous les commerçants font le bilan de leur stratégie sociale et se rendent compte que les promesses ne sont pas au rendez-vous. Par contre, tous se rendent compte que l’avenir est dans la personnalisation, de la communication bien sûr, mais aussi de l’expérience en ligne, à travers des contenus spécifiques, mais aussi des parcours adaptés à chaque profil d’acheteur. Bien sûr, tout cela est rendu possible par l’exploitation de la masse de données que chacun possède (le fameux big data), mais on voit dans les exemples qui nous sont présentés qu’il faut commencer progressivement (si on regarde bien aujourd’hui, on se rend compte que les commerçants qui personnalisent leurs envois ne sont pas bien nombreux, alors que ça serait un très bon début) et que chaque petit pas est important.
Enfin, la grande star de cette édition était bien sûr le mobile. Vous devez avoir l’impression qu’on vous en parle tous les ans, mais cette fois ci, en plus d’être sur toutes les bouches, la stratégie mobile était pour certains la principale. Je ne serais pas étonné de voir des gens lancer leur site mobile avec le site desktop à l’avenir tellement l’importance de ce canal (qui pourtant représente toujours un peu moins de 20% des ventes pour la plupart des acteurs) est évidente pour tous les grands. A noter d’ailleurs que les commerçants se focalisent sur les sites mobiles (ou plutôt responsive) plutôt que sur les applications, plus couteuses et moins souples dans un contexte de test and learn permanent.

Une belle édition donc, qui permet à chacun de se reconcentrer sur les vrais challenges des mois à venir : qualité du service client, personnalisation de l’offre et du parcours, et fluidité de l’expérience mobile.

Au boulot !

PARCOURS