E-commerce : 5 conseils pour devenir un acteur global

Se lancer sur un marché spécifique puis s’ouvrir à l’international est un levier logique pour toute entreprise à la recherche de croissance. Pour parvenir à cette croissance, plusieurs options : améliorer sa présence et son positionnement sur les marchés existants ou développer son portefeuille de produits ou services.

Ci-dessous 5 points à considérer pour devenir un acteur international.

1. Faites une étude approfondie du marché

En tant que CEO de Spreadshirt, entreprise présente dans 18 pays en 10 langues, qui livre dans 200 pays dans le monde et permet de payer en 8 devises différentes, je peux vous l’assurer : s’ouvrir à un nouveau marché n’est pas mince affaire et demande une très grande adaptabilité.
La première étape à considérer avant toute internationalisation est : une étude préalable et approfondie du marché. Son objectif ? Cibler au mieux les besoins et attentes des clients sur ces nouveaux marchés et évaluer la pertinence et faisabilité de cette internationalisation.
Cette étape passe aussi par tout un questionnement : pourquoi se développer à l’international ? Est-ce une demande de mes clients ? Les produits ou services que je propose me suffisent-ils pour pénétrer un nouveau marché ou nécessiteront-ils une adaptation culturelle ? Comment est le marché visé ? Quels marchés cibler en priorité ? Est-ce que je souhaite simplement me développer à l’international pour augmenter mon chiffre d’affaires ? Ou s’agit-il de répondre à une demande croissante venue « de l’extérieur » ?
Etudiez donc le marché et surtout ayez en tête que deux pays ont des attentes différentes, des besoins et habitudes de consommation qui peuvent varier du tout au tout. Nous en faisons l’expérience au quotidien : les produits les plus populaires aux Etats-Unis par exemple ne sont clairement pas les mêmes que ceux en Allemagne. Autre point important à garder en tête lorsque l’on parle d’internationalisation : les habitudes des consommateurs, et leur mobilité.  Chaque pays a son propre usage des nouvelles technologies lorsqu’il est question de e-commerce.

2. Commencez par les pays « accessibles »

Si une entreprise ambitionne de se développer à l’international, je lui suggérerais de se lancer avec le marché qui semble le plus « accessible ». Autrement dit, celui dans lequel la culture est la même ou du moins connue, avec une devise existante, une langue déjà disponible et surtout des lois et réglementations qui facilitent l’implantation d’une entreprise étrangère. Cela peut paraître évident, mais croyez-moi, cette règle est bien souvent sous évaluée.

3. Optez pour la simplicité

 Concrètement, c’est pouvoir offrir à ses clients…
  • Une plateforme simple d’utilisation pour tous,
  • un site local, et non uniquement traduit - Les Canadiens francophones doivent par exemple pouvoir recevoir du contenu canadien et non du contenu des Etats-Unis traduit en français,
  • Un service client en plusieurs langues avec des horaires adaptés au pays,
  • Des offres adaptées à chaque pays et client – chaque client doit se sentir unique et compris. C’est la clef du succès pour le fidéliser !
  • Des délais de livraison raisonnables, via notamment des partenariats avec des entreprises déjà établies sur les marchés visés ou encore la possibilité de disposer de centres de production à travers le monde.

4. Livrez partout et rapidement

La livraison est une composante essentielle de la chaine d’approvisionnement et doit être rapide, fiable et au meilleur prix possible. Depuis cette année, nous livrons plus de 150 nouveaux pays. Nous avons rapidement dû supprimer de notre liste 10 pays pour des raisons de fraudes et de problèmes de livraison. Certains pays, même très peu peuplés, sont très efficaces lorsqu’il est question de livraisons. D’autres pays, comme la Russie, avaient de bonnes ventes mais il a fallu faire une pause jusqu’à la résolution des problèmes de livraison.
Aujourd’hui, tous nos vendeurs peuvent facilement et rapidement livrer leurs clients et fans, presque partout grâce à  notre rapide croissance internationale ainsi qu’aux partenariats mis en place avec des entreprises déjà implantées. Nous avons également fait le choix d’ouvrir des sites de productions dans plusieurs pays et ainsi nous rapprocher physiquement de nos clients et réduire les délais de livraison.

 5. Posez votre empreinte territoriale

Beaucoup de nos principaux vendeurs ont une communauté de fans sur des plateformes globales, telles que Youtube et Facebook, rendant ainsi la demande véritablement internationale. Une forte audience provient de pays comme l’Inde et le Brésil, où nous enregistrons un trafic conséquent. Il se peut que la livraison ne suffise pas pour satisfaire les attentes de ces clients. Aussi, il nous faudra avoir une véritable empreinte dans ces pays. Près de 20 000 commandes proviennent chaque année d’Australie…nous lancerons donc cette année un site australien et une campagne marketing.
Nos prochaines étapes sont toujours motivées par les demandes des clients.
Deux entreprises dont le modèle d’internalisation est une réussite à mon sens sont iTunes and Etsy. Ces entreprises sont proches de Spreadshirt dans la mesure ou elles permettent à leurs clients/vendeurs de commercialiser leurs produits à échelle mondiale. iTunes a en effet permis à des musiciens de partager leur travail en quelques clics dans le monde entier, tandis qu’Etsy a beaucoup œuvré pour permettre aux vendeurs inscrits sur sa plateforme de vendre leurs produits à travers le monde. Pour moi, une entreprise qui réussit son internationalisation est une entreprise qui met tout en œuvre pour permettre à ses vendeurs et partenaires de commercialiser leurs produits et idées dans de nombreux pays. Et non celle qui se contente simplement d’acheminer les produits.

Etats-Unis / Mobilité