6 raisons pour lesquelles les banques de taille moyenne devraient investir dans les FinTech

La relation entre les banques et les entreprises FinTech en est encore à ses prémices.

D'un côté, les banques commencent à comprendre qu'elles vont devoir faire face à une rude concurrence de la part des FinTech sur leurs secteurs, affectant des dizaines de leurs produits et services. Mais de l’autre, les entreprises FinTech sont aussi leurs alliées car elles ont besoin de partenaires bancaires afin de développer leur business.
Les banques sont donc confrontées au « dilemme de l’innovateur »: si elles ne font rien pendant que les FinTech continuent de croître de façon exponentielle, elles seront bientôt sensiblement affectées.
Si elles investissent ou s’allient, elles pourraient se faire de l’auto-concurrence, mais en même temps, elles rebondissent sur une tendance. La musique, les médias et les industries du transport aérien ont tous été confrontés à ce dilemme il y a quelques années et ont réagi trop tard, avec les résultats que nous connaissons.
Néanmoins, la gestion du « dilemme de l’innovateur » est très différente pour une banque mondialement connue que pour une petite/moyenne banque locale, et pour une fois, l'avantage est probablement du côté des petites banques. Les FinTech sont en plein développement, mais leur développement est encore limité à certains pays, comme les Etats-Unis (Lending Club, Prosper, On Deck, Dwolla, and Ripple, entre autres) ou à des villes comme Londres (Zopa, Funding Circle, Wonga, Marketinvoice, Transferwise, Kantox…). De ce fait, une banque locale de taille moyenne dans un pays comme la France doit investir dans des FinTech à croissance rapide. Et ceci pour 6 raisons principales :

1) Une auto-concurrence faible (voire nulle)

Pas d’auto-concurrence, tout du moins, pas à court ou moyen terme puisque les entreprises FinTech servent surtout des clients aux Etats-Unis ou au Royaume-Uni.

2) L'accès à la génération X/Y

Les générations X et Y sont particulièrement réticents à se rendre dans les grands établissements bancaires. Ils sont plus désireux de services en ligne innovants et d’une expérience utilisateur de qualité. S’associer à une FinTech permet de se démarquer des banques traditionnelles qui s’avéèrent incapables de s’adapter à la nouvelle demande.

3) Une technologie de pointe

Le développement technologique d’une FinTech est forcément supérieur à celui d’une équipe informatique interne isolée au sein d’une banque de taille moyenne ou petite.

4) Une expansion internationale à faible coût

L’investissement dans une FinTech permet de servir des clients à l'international à moindre coût. Et à long terme, il est envisageable pour une banque d’opérer une vente croisée de ses propres produits au portefeuille clients de l’entreprise FinTech partenaire pour offrir une solution client complète en ligne.

5) Des rendements élevés

D’un point de vue Rendement sur Investissement « pur », de nombreuses FinTech deviendront des géants (ou "Licornes") dans le secteur de la technologie. L’introduction en bourse de Lending Club, par exemple, devrait valoriser la société à environ 5 milliards de dollars, si l’on en croit la presse.

6) La possibilité de supplanter de grandes banques

En tant qu'investisseur, une banque de taille petite ou moyenne pourra racheter une entreprise FinTech ou en prendre des parts quand un afflux de liquidité se présentera (vente commerciale, introduction en bourse, etc.). C'est une belle opportunité de « pousser » une solution FinTech sur son marché local, et par la même de supplanter des concurrents directs, y compris de grandes banques.
Les banques pourraient racheter ou investir dans des entreprises FinTech, ne serait-ce qu’avec une partie du budget qu’elles investissent actuellement dans de la technologie obsolète ou des campagnes de publicité inutiles. Une question reste cependant en suspens : les start-up FinTech sont-elles prêtes à être rachetées ?

Autour du même sujet