Les innovations retail les plus marquantes du mois

Comme chaque mois, focus sur les innovations en point de vente ou sur écran qui changent l’expérience shopping, et qui m’ont marqué au cours des semaines écoulées.

Avec Ray-Ban, personnalisez vos lunettes depuis un miroir connecté

Dans le quartier de SoHo à New York, la marque Ray-Ban a ouvert une nouvelle boutique au concept intéressant pour les clients. Le but étant de permettre aux clients d’interagir et de s’approprier les lieux, la marque a vu les choses en grand. Entre un miroir connecté et l’organisation d’événements ponctuels, Ray-Ban a puisé dans toutes ses branches pour faire vivre une expérience nouvelle à ses clients. Grâce au miroir connecté, le client peut tester différentes paires de lunettes (présentes en boutique ou sur la plateforme en ligne). Ray-Ban mise ici sur une expérience interactive et de partage : une fois la paire essayée depuis ce miroir, le client peut se prendre en photo et la partager sur les réseaux sociaux pour avoir l’avis de son entourage. Mais si l’usager préfère essayer physiquement ses lunettes et les personnaliser, il n’y a pas de raison qu’il soit privé d’une expérience personnelle : le dispositif a donc été complété par l’installation d’un stand, où il est possible pour le client de créer plusieurs combinaisons différentes pour sa paire de lunettes.

Puis, grâce aux puces numériques présentes sur chacune des composantes de la paire, cette dernière devient numérique, offrant une nouvelle possibilité de partage. Il est important de souligner aussi la volonté d’investir le client dans la boutique : des événements sont organisés dans la soirée pour les clients se trouvant dans la boutique, mais il y a aussi un espace « culturel » où sont présentées les valeurs de la marque. J’ai choisi de parler de cette boutique car son concept laisse au client une liberté totale que ce soit dans ses essayages, sa conception d’une paire, sa décision d’acheter immédiatement ou non ses lunettes, de partager son expérience avec son entourage. Le client vit et partage son achat. 

En savoir plus  
Vivino, l’application qui vous aide à choisir votre vin en magasin

Pour tous ceux qui, malgré bon nombre d’efforts, n’arrivent jamais à se souvenir de l’appellation d’une bonne bouteille de vin, cette application est faite pour vous. Ecrire le nom sur un bout de papier ou tenter de le mémoriser en vain, c’est terminé grâce à Vivino. La démarche d’utilisation est simple : il suffit de prendre en photo l’étiquette de la bouteille de vin qui nous intéresse, l’application se charge du reste. Une recherche dans sa base de données est effectuée pour fournir des informations sur la bouteille, son prix moyen et les notes qui lui ont été attribuées. Au fur et à mesure de l’utilisation qui en est faite, l’application mémorise les vins recherchés par l’utilisateur pour ensuite lui proposer différentes bouteilles sélectionnées en fonction de ses avis et goûts. Une version Premium est aussi disponible pour 5€ par mois.

Cette dernière permet d’accéder aux avis de différents experts et à un guide d’achat personnel, toujours dans le but d’améliorer l’utilisation. L’application est aussi participative, fonctionnant sur le modèle du crowdsourcing : si jamais une bouteille n’est pas présente dans la liste, il est toujours possible pour l’utilisateur de l’ajouter lui-même et de compléter les informations manquantes. Il m’a semblé intéressant de partager cette application parce qu’elle améliore de manière participative et ludique l’expérience de l’usager. Ici l’expérience marquante n’est pas tant celle de l’utilisation de l’application mais plutôt la possibilité de prendre des décisions mieux informées quant à la consommation et l’achat d’une bouteille de vin. L’application intervient plus à un niveau intermédiaire pour mieux conseiller et accompagner le client.

En savoir plus  
Burberry mettra désormais en vente ses collections directement après ses défilés

Christopher Bailey, directeur général de la création Burberry, apporte un vent de fraîcheur dans le milieu de la mode. La marque britannique opère une transformation radicale dans sa manière de créer, présenter et vendre ses collections. Dans un premier temps, le nombre de défilés par an passe de quatre à deux : l’un en février, l’autre en septembre – sans différence entre les collections hommes et les collections femmes. Après ces défilés, les vêtements présentés seront mis en vente directement à la fin de leur présentation. Les pièces peuvent alors répondre à la demande immédiate du client, qui n’aura plus à attendre plusieurs mois pour enfin avoir accès au produit, ce qui s’avérait parfois être trop tard pour la saison. La démarche a pour but de répondre à l’excitation générée par le défilé, de « délinéariser » la saison de mode, mais aussi de booster les ventes : avoir la possibilité d’acheter tout de suite le produit fait céder plus facilement à la tentation – cela permet de ne pas avoir à attendre pour au final peut-être changer d’avis.

La marque crée un lien d’exclusivité et redonne à la marque de luxe sa définition : un produit réalisé sur demande, en petite quantité et en un seul arrivage. Burberry renforce l’expérience créée par les défilés entre le client et le produit présenté grâce à des projections en direct des podiums, aux campagnes de média toujours en direct et à la possibilité de commander depuis le défilé. La marque se rapproche de son public et renforce l’expérience que ce dernier vit pendant un défilé, ce dernier étant désormais plus intimement lié à l’acte d’achat.

En savoir plus  
Trouvez votre taille exacte grâce à ce scanner corporel

Imaginez pouvoir rentrer dans une boutique, trouver un vêtement et passer directement en caisse, sans même passer pas l’étape essayage. Ce serait bien pratique n’est-ce pas ? Sachez que c’est désormais possible en Australie, dans un centre commercial, qui teste actuellement une nouvelle technologie qui pourrait relayer aux oubliettes les cabines d’essayage. C’est la nouvelle technologie mPort qui le permet. mPort est une machine qui, une fois les informations sur l’âge et le sexe partagées, scanne votre corps dans sa totalité. Ce scan lui permet de calculer des données chiffrées personnelles telles que la taille, le poids, la largeur de taille ou des cuisses, etc. Une fois ces données calculées, la machine vous donne votre taille qui est ensuite mémorisées dans la base de données générale du magasin. Il est alors possible pour l’utilisateur de retrouver ses données depuis un compte sur l’application ou le site web.

Grâce aux partenariats entre les marques et la machine, vous pouvez acheter directement sans même avoir à essayer les vêtements, les données récupérées par la marque seront mémorisées sur votre compte personnel. Grâce à ce scanner, il vous sera possible d’enfin connaître votre taille mais aussi de disposer de conseils sur les vêtements qui pourraient vous aller et que vous pourrez trouver à votre taille. Cette technologie à base de scan corporel, en plus d’informer de manière plus concrète l’utilisateur sur ses mensurations (qui selon les marques vont varier du 36 au 38, du 38 au 40, etc.), lui offre aussi une expérience de shopping plus agréable et plus simplifiée qu’auparavant. Plus de flou sur sa taille et plus besoin d’essayer plusieurs vêtements pour trouver la bonne taille : le magasin et la marque savent ce qui vous ira le mieux. De futurs développements autour du sur-mesure sont également envisageables…

En savoir plus  
Oreo fait découvrir sa nouvelle saveur dans les rues de New York

Ce mois-ci Oreo a lancé une nouvelle campagne publicitaire à New York, la Wonder Vault. La marque a misé sur une illusion d’optique pour faire parler d’elle. Sur ce qui semble être une porte de garage bleue vif se trouve une autre petite porte aux couleurs et forme d’un biscuit Oreo, accompagnée d’un petit mot qui invite les passants à ouvrir la porte. Lorsqu’un passant curieux décide d’ouvrir cette porte, il y découvre l’Oreo Wonder Vault. Là encore un mot qui l’invite à actionner un levier, qui déclenche un mécanisme faisant tomber une petite boîte surprise dans les mains du passant. Cette démarche de street marketing a été mise en place pour faire de la publicité pour la nouvelle saveur que proposera bientôt la marque de biscuits. Je trouve la méthode de communication assez intelligente : Oreo titille la curiosité du passant et le laisse, tout le long de l’expérience, maître de ses choix. Il n’est pas forcé ni à ouvrir la porte ni à actionner le levier. De plus, le fait d’offrir une boîte avec le nouveau parfum du biscuit renforce le lien entre le consommateur et la marque. La porte en forme d’Oreo et le fond bleu constituent un rappel aux codes visuels du produit, que le client connaît déjà ; le fait de devoir agir sur l’installation amène le passant à se détourner de son chemin, être interpellé par la marque et prendre l’expérience en main, contribuera à  la mémorisation ; enfin la démarche d’offrir, en exclusivité et en avant-première, pour faire plaisir sans forcer le paiement à la suite, va avoir un impact sur l’idée que se fera le client sur la marque et donc sa future expérience d’achat.

En savoir plus

Autour du même sujet