Les algorithmes au cœur du nouveau marché de la livraison

Les algorithmes sont amenés à remplir le rôle de la machine à vapeur : l’innovation capable d’exploiter le potentiel des données et de transformer toutes les activités humaines.

Déjà à l’œuvre dans de nombreux domaines, de la finance à l’urbanisme en passant par les ressources humaines, la vague algorithmique déferle désormais sur le secteur de la livraison de proximité.

Du « dispatching » traditionnel …

Les commerces qui externalisent leur service de livraison font appel à des prestataires spécialisés dont le cœur de métier est la gestion d’une flotte de livreurs. Les différentes livraisons sont dispatchées, c’est à dire attribuées à des coursiers, par des opérateurs dont le savoir-faire consiste à connaître les contraintes opérationnelles (délais, plan de circulation de la ville, livraisons en cours, etc.) et à en tenir compte dans leur allocation des coursiers.

 … au « dispatching » 2.0

Aujourd’hui, des algorithmes d’optimisation de flux permettent d’automatiser cette difficile opération de dispatching. Ils prennent en compte un grand nombre de données de natures diverses : géolocalisation des coursiers, habitudes de circulation et de comportement des acteurs, temps de réaction, conditions de livraison, type de véhicule demandé, etc. Toutes ces données sont traitées grâce à des méthodes d’analyse de Big Data, et générées grâce aux applications smartphones dans les mains des donneurs d’ordre, prestataires, livreurs et, pour une partie d’entre elles, par le client final.

Les entreprises de livraison tendent à externaliser cette fonction de dispatching et la réception de commande pour se recentrer sur la gestion et l’entretien opérationnels de leurs flottes de véhicules. Les parcours optimisés par des algorithmes leur permettent d’augmenter la rentabilité de leurs véhicules, de réduire le bilan carbone de leurs courses mais aussi de proposer un prix plus juste à leurs clients.

Une tarification plus juste

Traditionnellement, un système de bons prévalait : les courses étaient tarifées de façon forfaitaire selon des zones d’envoi et selon de multiples conditions. Une livraison de quelques kilomètres entre paris et sa banlieue pouvait ainsi coûter le même prix qu’une livraison d’une distance cinq fois plus longue néanmoins dans la même zone.

Désormais, les trajets des coursiers sont optimisés de façon à lisser les coûts et à facturer le prix le plus juste en fonction de la distance et du temps effectifs de livraison.

La logistique prend son indépendance

L’apparition de telles technologies faisant le lien entre gestionnaires de flottes et entreprises clientes signe la naissance d’un nouveau marché : celui du LaaS pour logistics as a service. Les outils spécifiques développés sur ce marché sont en mesure de fournir des services de livraison sur mesure en s’appuyant sur des flottes diversifiées de véhicules : triporteurs, voitures écologiques, scooters équipés pour les produits frais, etc.

Grâce aux supports numériques qui équipent désormais les coursiers, les experts du LaaS peuvent concevoir des offres extrêmement diversifiées : évaluation du feedback client ou sondage, photo des colis pour plus de transparence, envoi de sms géolocalisés aux clients, etc. Malgré tout, les performances des acteurs du LaaS sont largement dépendantes de leurs capacités à adapter progressivement leurs algorithmes aux nouvelles contraintes : c’est désormais dans le traitement des données que les services de livraison peuvent trouver leurs nouveaux leviers de croissance.

Autour du même sujet