Applications mobiles : les tendances 2016 selon AppAnnie

Messagerie instantanée, fintech, second écran… Le spécialiste des analytics mobiles se livre à quelques prédictions sur l'état du marché mobile l'année prochaine.

Arrivée des adblockers sur Safari, déploiement de stratégie "mobile first" voire parfois même "mobile only" ou encore consécration du modèle de monétisation via le freemium... 2015 aura été une année mouvementée pour le mobile avec une constante : la compréhension chez les annonceurs des enjeux du basculement des usages vers le mobile. Mais 2015 c'est déjà hier. Et le spécialiste des analytics sur mobile, AppAnnie, en profite pour se livrer à quelques prédictions sur les tendances phares qui devraient animer l'année 2016

 

Le rebundling des applications de messagerie instantanée

Ces dernières années ont consacré l'unbundling, avec des éditeurs qui fragmentaient leurs applications selon le principe du "une appli, un usage", comme l'a fait Facebook. Le succès des applications de messagerie instantanée asiatique pourrait bien occasionner le phénomène inverse, à l'image d'un WeChat qui permet de discuter avec ses amis mais aussi de booker une nuit d'hôtel, un taxi ou acheter un produit en ligne.

De quoi créer  un vrai business model… tout en dopant l'engagement des utilsateurs qui peuvent quasiment tout faire au sein de l'application. Le tout nouveau patron de Facebook Messenger, David Marcus, a d'ailleurs annoncé que son application allait proposer de nouvelles fonctionnalités, dont le paiement en 2016.

 

Les banques de détails risquent la mort à petit feu

Le succès des applications des principales banques du monde entier sur iOS comme sur Android tient d'abord à la "jeunesse" des services proposés par les spécialistes du fintech. Mais les premières sont aujourd'hui plus que jamais exposées au risque de la désintermédiation.

"Les applications fintech sont de plus en plus utilisées pour économiser pour des envois de fonds (TransferWise), des échanges des devises (WeSwap) ou même faire de l'asset management (Wealthfront)", note AppAnnie. Le tout grâce à un subtil cocktail de transparence accrue, baisse des coûts de transaction et prise en compte de l'opinion du consommateur. De quoi mettre un terme à la position préférentielle que détiennent les acteurs "brick and mortar" ?

 

Réalité augmentée et réalité virtuelle vont vous bluffer

2016 devrait marquer les débuts de nombreux acteurs de la réalité virtuelle auprès du grand-public. L'Oculus Rift de Facebook, le Gear VR de Samsung ou encore le Hololens de Microsoft permettront de mesurer l'accueil réservé à ces nouvelles plateformes. "Au contraire des appareils mobiles, les appareils de réalité et virutalité augmentée ont été pensé pour un usage 'stationnaire' qui élimine toute intéraction sociale', note AppAnnie. Sans surprise, les éditeurs de jeux très immersifs devraient profiter de ce nouvel espace de diffusion. Mais pas seulement.

Le New-York Times s'est ainsi mis récemment à la réalité virtuelle pour ses reportages, proposant sur son compte Youtube de visionner des reportages à 360 degrés équipé d'un casque de réalité virtuelle.

Un acteur comme Magic Leap vient, lui, de lever 827 millions de dollars pour sa techno bluffante de réalité augmentée. Une techno qui va jusqu'à superposer des images virtuelles au-dessus de la réalité, en projetant des "champs lumineux virtuels" dans son oeil pour améliorer le réalisme.

 

La popularité des eSports va générer encore plus de revenus pour les éditeurs

Le basculement des usages vers le numérique a fait de la musique un produit moins coûteux et beaucoup plus accessible pour les utilisateurs du monde entier. Une démocratisation qui risque bien de concerner l'industrie du jeux-vidéo, estime AppAnnie. Lequel annonce un véritable engouement du grand public pour les compétitions d'e-sports en tous genres.

Tendance que le succès d'un Twitch ou d'un Millenium traduit bien. "Avec cette croissance de la demande vient celle des revenus émanant du sponsoring et des droits de diffusion  que récolteront les spécialistes des jeux-vidéos", explique AppAnnie.

 

Un nouveau souffle pour le second écran avec tvOS ?

L'arrivée de tvOS, le système d'exploitation de l'Apple TV 4e génération, pourrait marquer un tournant dans notre rapport à la TV connectée. "tvOS va permettre le déploiement d'applications tierces au sein de l'Apple TV avec en tête d'affiche les applications de jeux et de streaming vidéo", prédit AppAnnie. Et d'estimer que ce nouveau format va avoir le même effet que la démocratisation des smartphones en créant toute une nouvelle population de gamers.

Qui dit nouvel écran, dit nouvelles perspectives de revenus. Des perspectives d'autant plus alléchantes pour les éditeurs d'application que l'écran de télévision est très bien valorisé auprès des agences et annonceurs. De quoi tirer les CPM à la hausse, estime AppAnnie et faire du smartphone à nouveau un vrai second écran. L'Apple TV devrait permettre de renouer avec le m-commerce contextuel et les publicités ciblées.

Autour du même sujet