Eydolon et VR Connection transforment la réalité virtuelle en business palpable

Eydolon et VR Connection transforment la réalité virtuelle en business palpable Les salles d'arcade du premier diffusent les contenus produits par les membres du second. Une vingtaine d'espaces sont prévus en France et une dizaine en Asie.

Débloquer la porte de sortie d'un temple maya en répondant à des énigmes comme Indiana Jones, se mettre dans la peau d'un hamster et essayer de croquer dans un maximum de donuts… Pour participer à ces aventures, il suffit de se rendre dans les salles d'arcades françaises Eydolon, qui proposent à leurs clients des jeux et des films en réalité virtuelle (VR). Pas besoin d'investir dans du matériel coûteux pour accéder à ces contenus : les utilisateurs paient 10 euros pour participer à une expérience VR. A l'heure où les ventes de casques peinent à décoller (Oculus n'aurait écoulé que 243 000 appareils en 2016, selon le cabinet SuperData), ce concept pourrait être le maillon manquant de la chaîne qui permettra à l'utilisation de la VR de devenir mainstream. Un pont qui intéresse de nombreux acteurs du divertissement qui s'interrogent toujours sur le moyen de concrétiser un marché censé peser 80 milliards de dollars dans le monde en 2025 selon Goldman Sachs, soit à peu près la taille du marché du PC de bureau aujourd'hui.

La China Film Company s'est engagée à créer des espaces Eydolon dédiés à la VR dans toute l'Asie

Un premier espace Eydolon de 200 mètres carrés a ouvert à Villeurbanne en décembre 2016, au sein du complexe spécialisé dans les loisirs indoor Exalto, propriété du groupe de tourisme et de divertissement tricolore Altiplano et donc désormais premier franchisé du réseau. Ce dernier espère ouvrir une vingtaine d'implantations supplémentaires d'ici fin 2017. Ces salles seront connectées entre elles pour permettre aux clients de jouer en réseau. Les casques permettant à la clientèle de visionner les contenus en réalité virtuelle sont mis à disposition par le distributeur français de produits informatiques LDLC, qui espère rentabiliser son investissement en ouvrant prochainement des boutiques à côté des salles Eydolon pour commercialiser du matériel VR.

A la veille de l'ouverture du festival de Cannes au mois de mai 2017, le réseau a signé un contrat de franchise avec la China Film Company, la branche distribution du plus gros studio de cinéma chinois, le China Film Group Corporation. La société s'est engagée à créer des espaces dédiés à la réalité virtuelle dans toute l'Asie. "Une dizaine de salles seront équipées d'ici la fin 2017. Ensuite, tout devrait aller très vite", prédit Yann Toullec, cofondateur d'Eydolon. La China Film Company possède plus de 4 000 salles.

"La VR Connection compte une soixantaine de sociétés membres, avons intégré plus de 65% des entreprises de l'écosystème VR hexagonal"

La franchise Eydolon a été conçue par ses deux cofondateurs, Yann Toullec et Alexandre Ibanez, comme l'une des deux briques d'un projet plus vaste. La seconde brique et le groupement d'intérêt économique (GIE) VR Connection. Créé en janvier 2017 à Paris, celui-ci compte aujourd'hui une soixantaine de sociétés membres en France. Ce sont en grande majorité des spécialistes de la production de contenus en VR. "Nous avons intégré plus de 65% des entreprises qui constituent l'écosystème de la réalité virtuelle dans l'Hexagone", précise Yann Toullec, cofondateur et directeur général de la structure. Il poursuit : "Les deux activités sont légalement indépendantes, mais très complémentaires. Eydolon est le jalon d'exploitation des contenus en réalité virtuelle produits par les entreprises membres de la VR Connection, son partenaire privilégié. Les franchisé de nos salles d'arcades ont accès à un catalogue de films et de jeux produits exclusivement par les membres du GIE. A chaque fois qu'ils exploitent une vidéo, ils reversent des fonds à son producteur. La VR Connection prélève une part de ce montant pour financer son activité."

Pourquoi ces entreprises acceptent-elles de sacrifier une partie de leurs revenus pour faire partie de ce réseau ? "Elles sont de trop petite taille pour répondre à des appels d'offres internationaux qui sont de plus en plus nombreux dans le domaine de l'information et du cinéma. La VR Connection les repère, y répond et confie le travail à l'entreprise membre du réseau la plus à même de produire un contenu adapté", explique le dirigeant. Le GIE prépare également une levée de fonds qui lui permettra de créer des succursales à l'international. D'ici la fin 2017, la structure devrait s'implanter en Chine et aux Etats-Unis.

IoT / Réalité virtuelle