Comment les banques réagissent face à la vague fintech

Banques fintech start-up Accélération de start-up fintech, partenariats, investissements ou intrapreneuriat : les banques s'arment pour ne pas passer à côté du bouleversement numérique initié par le secteur.

Ces dernières années ont vu l'arrivée sur le marché de start-up innovantes s'attaquant aux activités des banques. Objectif ? Disrupter le monde bancaire et passer outre le système traditionnel. Pour ne pas payer de frais lorsque l'on effectue un virement à l'étranger ? Il y a Transferwise, valorisée plus d'un milliards de dollars. Pour se passer de toute autorité centrale et court-circuiter les banques ? Il y a le bitcoin. Pour ne pas payer de frais sur l'échange de devises ? Il y a Weeleo, en France. Pour souscrire à un prêt ? Il y a les plateformes de crowdfunding à destination des particuliers, comme Lending Club et Prêt d'Union, ou pour les PME, comme Unilend ou Finsquare. Pour placer son argent ? Il y a toutes les plateformes de crowdfunding en prêt ou en equity, et celles de crowdfunding immobilier.

Aux banques, désormais, de réagir pour ne pas laisser les jeunes pousses grignoter toutes leurs activités, jusqu'à ce que ne leur reste que le monopole sur la pure gestion du "core banking system". En France, la plupart d'entre elles commencent à adopter des stratégies pour se rapprocher des fintech ou bien innover en interne. Objectif : enrichir la relation client et ne pas se laisser distancer.

Veille, partenariats et accélération

Etre présent dans l'écosystème tech

Pour se tenir au plus près des innovations et des dernières avancées dans le secteur, la plupart des banques commencent à mettre en place des dispositifs de veille de l'écosystème. Crédit Mutuel Arkéa, par exemple, mise sur un rôle d'animateur de l'écosystème start-up : "Nous sommes partenaires de France Digitale depuis sa création, nous sommes partenaires du West Web Festival qui se tient à Brest...", énumère Anne-Laure Navéos, en charge de la croissance externe et des partenariats. Pour sa part, la Société Générale a noué un partenariat avec Player, le nouvel incubateur parisien d'innovation collective. Elle est également membre du pôle de compétitivité Finance Innovation et organise des Hackathons avec l'école 42 depuis mai 2014.

Même stratégie du côté de BNP Paribas, qui multiplie les initiatives pour créer des liens avec les start-up de la French Tech. Depuis 2012, la banque a ouvert dans les grandes villes de France 15 pôles Innovation, des équipes spécialisées en lien avec les acteurs locaux (pôles de compétitivité, grappes d'entreprises, incubateurs...). Dernier en date : un pôle spécial fintech, qui sera lancé prochainement à Paris. "Nous y accompagneront des start-up, qu'elles soient clientes ou non de BNP Paribas", explique Myriam Beque, responsable du pôle innovation. BNP Paribas vient aussi d'inaugurer deux lieux dédiés à l'innovation, à Paris et Massy-Saclay, sur 3 000 m².

Accélérateur spécial fintech

La création d'espaces de co-working et de centres d'innovation est ainsi de plus en plus fréquente au sein des banques. La pépinière de start-up du Crédit Agricole en est un autre exemple (Découvrez le reportage photo du JDN). S'ils ne sont pas spécialisés dans les fintech, ces lieux généralistes permettent toutefois aux établissements bancaires de se trouver au cœur de l'écosystème. Mais plus rares sont les banques à sauter le pas de l'accélération. C'est par exemple le cas du britannique Barclays qui, en partenariat avec le célèbre accélérateur Techstars, a lancé deux programmes dédiés aux start-up fintech, à New York et à Londres (lire : "Barclays accelerator, l'accélérateur londonien dédié aux fintech", du 14/04/15).

Prestation de services

C'est l'une des méthodes choisie par Crédit Mutuel Arkéa pour créer des liens avec de jeunes pousses –a fortiori, avec des fintech. "Nous sommes assez présents sur la prestation de service en marque blanche, l'accompagnement des fintech sur notre cœur de métier bancaire, explique Anne-Laure Navéos. Elles ont besoin de notre "core banking system". Ainsi, plusieurs acteurs de paiement, comme Leetchi, s'appuient sur notre plateforme. Prêt d'Union, start-up dans laquelle nous avons investi, passe également par notre système." Et les bénéfices sont multiples pour la banque : "Opérer de nombreux services pour les fintech, sur notre cœur de métier, nous permet de faire évoluer notre prestation."

Investissements

anne laure naveos croissance externe et partenariats stratégiques crédit mutuel
Anne-Laure Navéos, Crédit Mutuel Arkéa. © Crédit Mutuel Arkéa

Si les banques investissent depuis longtemps dans des start-up de manière indirecte, via des fonds (Crédit Mutuel Arkéa est souscripteur d'Isai et Blackfin par exemple, BNP Paribas dispose actuellement de 15 millions d'euros répartis dans onze fonds d'amorçage parmi lesquels Partech Entrepreneur...), les investissements directs dans des fintech sont plus rares... Mais commencent à émerger. Crédit Mutuel Arkéa a ainsi investi dans Prêt d'Union dès son premier tour de table, ainsi que dans Linxo, application de gestion des finances personnelles. Dans le deuxième cas, ce lien stratégique a directement permis à la banque de se moderniser : l'application Fortuneo Budget s'appuie en effet sur la technologie de Linxo. "Nous avons toujours plus qu'un simple intérêt financier en tête lorsque l'on investit dans une start-up, souligne Anne-Laure Navéos. Les business doivent être adjacents et cela doit nous permettre de mettre en place de nouvelles offres. "Dans le cas de Prêt d'Union, "notre investissement a en tout cas permis, à ses débuts, de rassurer l'ACPR et d'obtenir l'agrément nécessaire à son fonctionnement."

Mais toutes les banques ne se sont pas encore lancées. "Nous investissons uniquement dans des start-up à travers des fonds d'amorçage, mais nous ne sommes pas des "sleeping partners", assure  Myriam Beque, responsable du pôle innovation de BNP Paribas. Nous sommes présents pour apporter notre expertise." Toujours est-il que les investissements directs ne sont pas à l'ordre du jour.

Rachats

Boursorama rachète Fiduceo pour améliorer l'expérience client

Que cela soit du côté BNP Paribas ou de Crédit Mutuel Arkéa, pas de rachats de fintech au compteur. "Au Crédit Mutuel Arkéa, on est plutôt dans l'accompagnement, souligne Anne-Laure Navéos. On ne veut pas casser la dynamique des start-up agiles et on préfère agir via le corporate-venture ou l'investissement dans des fonds. Mais on n'exclut pas d'y arriver, à terme." Mais Boursorama, filiale de la Société Générale, a par exemple annoncé en mars dernier le rachat de la fintech Fiduceo, spécialiste des solutions de gestion de finances personnelles en ligne. Les technologies de Fiduceo ont été intégrées à Boursorama pour améliorer l'expérience client. Au menu, par exemple, agrégation de comptes bancaires externes, coffre-fort numérique et catégorisation automatique des dépenses.

Intrapreneuriat et évènements internes

Dénicher les talents en interne pour innover au sein de la banque : c'est le but poursuivi lors de diverses initiatives destinées à développer la culture du numérique et de l'intrapreneuriat. A la Société Générale, par exemple, des évènements mélangent start-up externes et collaborateurs, pour les initier au secteur fintec : les Startups Days, durant lesquels des start-up pitchent sur un thème donné, les meetup "fintech".... Un "think tank digital" a aussi été monté en interne pour discuter des nouvelles tendances du secteur.

Hackathon internes

Dans l'entité "Securities Services" de BNP Paribas s'est tenu en décembre dernier un hackathon de 36 heures autour de la blockchain et des crypto-monnaies, réunissant collaborateurs de la banque, consultants externes, juristes spécialisés et start-up. "Le but était d'identifier des pistes sur les impacts de la blockchain et les crypto-monnaies sur nos métiers", raconte Philippe Denis, Chief Digital Officer de BNP Paribas Securities Services. Sont nées de l'évènement l'élaboration de 14 pistes principales. "Nous allons les prioriser et voir comment on peut travailler avec les collaborateurs de l'entité et les start-up pour lancer des projets de co-création et innover au sein de BNP." Un autre hackathon aura lieu en juin.

"L'émergence des GAFA et plus tard des fintech ne sont pas une menace mais plutôt une opportunité  et l'un des moyens d'accélérer la transformation numérique du groupe, assure la Société Générale. Leur approche d'expérience client et leur agilité sont aussi une source d'inspiration pour notre groupe qui place l'innovation au cœur de son ADN depuis 150 ans." C'est en tout cas en multipliant les contacts avec les start-up et fintech que la plupart des banques ont choisi d'aborder leur transformation numérique. "Nous sommes dans une logique d'approfondissement perpétuel de nos points de contacts avec les start-up, car nos partenariats nous apportent beaucoup d'opportunités de business", conclue Anne-Laure Navéos, de Crédit Mutuel Arkéa.

Fintech / Blockchain