Après la notation de profs, voici celle des médecins

Deux nouveaux sites permettent aux internautes de noter ou d'exprimer leurs avis sur des professionnels de santé. L'un d'eux entend s'attaquer aux professions juridiques et aux "métiers de la maison et du bâtiment".

Va-t-on pouvoir donner son avis sur un médecin ? En dépit des difficultés de Note2be.com (lire Le site de notation Note2be interdit de nommer les profsdu 04/03/08), deux sites se sont lancés ou s'apprêtent à le faire avec un concept a priori proche : l'avis d'internautes sur des professionnels de santé. L'un, Note2bib, est français doit ouvrir officiellement le 15 mars. L'autre, DeMedica, est en ligne depuis le 7 mars et est basé sur l'île Maurice.

 

L'aspect opportuniste de ces lancements semble évident. Interrogé, le fondateur de DeMedica nie avoir voulu reprendre le concept de Note2be. "Par contre, nous nous sommes inspirés d'un site américain similaire, RateMDs, et nous nous sommes dit que c'était dans l'air du temps", assure David Vindaloo. Chez Note2bib, on refuse également la comparaison, en dépit de noms très proches. "Nous avions ce projet mais pas encore de nom. Le choix de 'Note2bib' est un clin-d'oeil qui nous apporte beaucoup d'attention. Mais nous n'avons pas la même approche que Note2be. Il n'y a pas de notes sur notre site et les avis ne portent pas sur les compétences médicales des professionnels", explique Jean-Claude Fargialla, fondateur et gérant de D & E Investments, qui édite les services de rencontre en ligne Sirius-Consept.

 

Note2bib pourrait rapidement décider de changer de nom. La société a déjà reçu un courrier de l'avocat de Note2be évoquant un plagiat du concept et du nom. Autres inquiétude pour le site, un mouvement de protestation de l'ampleur de celui qui a conduit à la condamnation de Note2be s'est levé contre lui. Déjà, l'Ordre national des médecins s'est interrogé dans un communiqué datant du 6 mars sur "la validité et la pertinence de la notation qui serait annoncée faute de fondement sur des données sérieuses et une méthodologie rigoureuse". En conséquencen, Jean-Claude Fargialla craint que la décision de justice contre le site de notation de profs ne fasse jurisprudence. Une crainte exprimée dans une lettre du 7 mars envoyée au président de la République.

 

Le fondateur de Note2bib terminait sa lettre en menaçant de délocaliser son entreprise pour éviter une procédure judiciaire. Un choix que DeMedica n'aura pas à faire. Cette société éditrice d'un site éponyme est en effet basée à l'île Maurice. DeMedica.com annonce une liste de 250.000 professionnels de la santé que les internautes peuvent noter. Son fondateur David Vindaloo dit "envisager d'ajouter de la publicité par la suite et peut-être certains services payants". Détail troublant, le site demandait à l'origine 100 euros pour retirer tout contenu qu'un internaute "considère comme portant atteinte à ses droits". Un retrait devenu gratuit le 11 mars. "Ces 100 euros n'ont jamais été demandés. Nous ne souhaitons 'racketter' personne", assure le fondateur. 

 

La polémique autour de ces sites montre notamment que le concept de notation de professionnels est inconnu en France. Contrairement à des pays comme l'Allemagne, où existe un site similaire à Note2be, et surtout aux Etats-Unis. Les sites de notation de professionnels de la santé y sont très visités, comme WebMD et RevolutionHealth (lire RevolutionHealth, le retour du fondateur d'AOL, du 05/01/07). Une inspiration américaine incite la volonté de la société mauricienne de développer d'autres concepts de notation, autour des professions juridiques et autour des "métiers de la maison et du bâtiment".  

 

Autour du même sujet