Yahoo vend un Kelkoo moribond à un fonds anglais

Yahoo se sépare de Kelkoo pour un prix qui serait inférieur à 100 millions d'euros. Racheté 475 millions en 2004, Kelkoo réalisait de fortes pertes. Le portail reste néanmoins un partenaire privilégié du comparateur.

Un an après les premières rumeurs de séparation, Yahoo a finalement réussi à trouver un repreneur à Kelkoo. Le portail vient en effet de revendre le comparateur de prix à un fonds d'investissement britannique, Jamplant. L'information, révélée sur le blog de Pierre Chappaz, ancien responsable de Kelkoo et bref président de Yahoo Europe, a été confirmée par Yahoo. Selon Pierre Chappaz, le prix de vente serait inférieur à 100 millions d'euros. Kelkoo avait été racheté 475 millions d'euros par Yahoo en 2004.

 

L'opération n'est peut-être pas si mauvaise pour Yahoo. Après trois premières années bénéficiaires, le comparateur a réalisé une perte nette de 12 millions d'euros en 2007. De quoi plonger l'activité de Yahoo France dans le rouge (voir tableau). Depuis, la faible croissance de Yahoo dans le monde, le leadership consommé de Google sur les liens sponsorisés et une fusion ratée avec Microsoft ont fragilisé la société. Au point qu'elle a annoncé ses premiers licenciements et que son titre se négocie actuellement aux alentours de 9 dollars sur le Nasdaq.

 

Lors de sa dernière présentation des résultats trimestriels de Yahoo, Jerry Yang avait une nouvelle fois fixé la ligne de conduite du portail : se recentrer sur son cœur de métier, sur ce que Yahoo sait faire. Or, Yahoo n'a pas démontré qu'il savait y faire dans la comparaison de prix et le commerce en ligne. Surtout, le portail doit faire des économies ; il souhaite réduire de 400 millions de dollars ses 3,9 milliards de charges annuelles. Se séparer de Kelkoo l'y aidera à court terme.

 

Résultats de Yahoo et Kelkoo en France
2007200620052004
Source : Journal du Net, en millions d'euros
CA Yahoo55,446,934,528,7
Résultat Yahoo7,4-4,81,4-1,8
CA Kelkoo49,957,452,438,9
Résultat Kelkoo-124,97,34,7

La première tentative de Yahoo pour se séparer de sa filiale date de fin 2007. A l'époque, Yahoo attendait au moins 120 millions d'euros de l'opération. Faute de repreneur, Yahoo a décidé de réorganiser le comparateur en le dotant d'équipes distinctes et autonomes. Ce qui a le mérite de préparer la société à être vendue plus facilement.

 

De son côté Kelkoo continue de rechercher la voie de la rentabilité. Un service de cash back, qui vient d'être lancé en version beta en Grande Bretagne, doit voir le jour en France la semaine prochaine. Sur son blog, Pierre Chappaz évoque un projet de lancement de Kelkoo aux Etats-Unis. De son côté, Yahoo ne lâche pas totalement Kelkoo puisque le comparateur demeurera partenaire du portail. Reste maintenant aux 270 salariés de Kelkoo de connaître les intentions du repreneur.

Yahoo / Kelkoo