Musique : Amazon se met à dos les maisons de disque

En lançant son nouveau service dans la musique, Amazon a pris ses concurrents de court, mais aussi les majors.

En lançant le 29 mars son offre de stockage et de lecture de musique, Amazon avait doublé Google et Apple, qui préparent actuellement des services similaires (Lire "Amazon lance son offre de stockage et de streaming de musique", du 29/03/11). Il semble en réalité que cette rapidité s'explique simplement : le commerçant en ligne s'est passé de l'accord des maisons de disque.

Interrogée par "Reuters", une porte-parole de Sony Music a fait part de la colère de sa maison de disque en apprenant la semaine dernière le lancement. "Nous espérons qu'ils accepteront un nouvel accord de licence, mais nous n'excluons aucune option légale", a indiqué Liz Young.

De son côté, Amazon conteste la nécessité d'obtenir de nouvelles licences. Le marchand compare son service d'hébergement au stockage sur un disque dur externe, selon "ArsTechnica". Quant à la fonctionnalité permettant d'écouter cette musique hébergée, il s'agit "d'une application qui laisse les utilisateurs gérer et lire leur propre musique", indique-t-on chez Amazon. Le e-commerçant ne semble donc pas avoir conclu de nouveaux accords avec une ou plusieurs maisons de disque.

Les deux nouveaux services d'Amazon permettent notamment d'héberger des fichiers musicaux à distance et de les écouter en ligne via un navigateur Web ou sur un terminal mobile utilisant Android. 5 giga-octets de stockage sont disponibles gratuitement. Pour augmenter cet espace d'hébergement, des formules de 20 dollars par an pour 20 giga-octets à 1 000 dollars par an pour 1 000 giga-octets sont proposées.

Hébergement / Octet