Carl Icahn démissionne du conseil d'administration de Yahoo


L'activiste boursier quitte le board du portail sur un demi échec : s'il a réussi à faire démissionner Jerry Yang, il n'est pas parvenu à revendre Yahoo à Microsoft.

Yahoo n'a plus besoin de Carl Icahn. C'est en tout cas ce qu'à affirmé le milliardaire septuagénaire en annonçant son départ du conseil d'administration du groupe, au sein duquel il aura siégé pendant un peu plus d'un an. Carl Icahn a annoncé vendredi 23 octobre sa démission du conseil d'administration, avec effet immédiat, trois mois après la signature d'un partenariat publicitaire et technologique entre Microsoft et Yahoo (lire le dossier Yahoo et Microsoft s'unissent contre Google, du 30/07/2009).

Au début du mois de décembre, Carl Icahn avait déjà commencé à se désengager de Yahoo. Le milliardaire avait déclaré au gendarme US de la bourse s'être séparé de 12,7 millions d'actions Yahoo à un prix oscillant entre 14,74 et 14,92 dollars (le titre vaut aujourd'hui environ 17 dollars). Icahn était ainsi passé sous la barre des 5 % du capital du groupe.

En obtenant un siège pour lui au board du portail à l'été 2008, l'activiste boursier avait clairement affiché son intention de faire démissionner le PDG d'alors, le co-fondateur de Yahoo, Jerry Yang, pour mieux organiser ensuite la revente du groupe à Microsoft. Après 18 mois passés à la tête de Yahoo, Jerry Yang a finit par démissionner en novembre 2008 (lire le dossier Jerry Yang quitte la direction de Yahoo, du 18/11/2008), sous la pression des actionnaires emmenés par Icahn.

Icahn a ainsi bâti sa fortune, en investissant dans des entreprises qu'il juge mal gérées pour en acheter massivement les actions et contraindre ensuite ses dirigeants à en doper la rentabilité (lire son portrait Il veut vendre Yahoo à Microsoft, mais qui est Carl Icahn ?, du 16/05/2009). De Texaco à TWA en passant par Motorola, le milliardaire américain est devenu la bête noire des PDG des entreprises dans lesquelles il investit, mais y reste admiré des actionnaires.

Avec Yahoo, l'opération se solde pour l'instant sur un demi-échec. Si le raider américain a obtenu la tête de Jerry Yang, il n'a en revanche pas obtenu la revente de Yahoo à Microsoft. L'OPA du géant du logiciel sur le portail, lancée début 2008, n'a abouti qu'à un partenariat, qui a davantage plombé le cours de bourse de Yahoo qu'il ne l'a relevé. La démission de Jerry Yang a en revanche porté Carol Bartz, l'ancienne patronne d'Autodesk à la tête du groupe, dont la réorganisation commence à porter ses fruits (lire l'article Yahoo triple ses bénéfices au troisième trimestre, du 21/10/2009).

Yahoo / Conseil d'administration