Jennifer Lopez fait condamner un cybersquatteur

La chanteuse et actrice Jennifer Lopez vient de l'emporter dans un litige qui l'opposait à une société américaine qui avait enregistré deux adresses Internet utilisant son nom pour un usage commercial. Ces deux noms de domaine, Jenniferlopez.net et Jenniferlopez.org, dirigeaient l'internaute vers un site rémunéré par de la publicité, d'après la World Intellectual Property Organisation (WIPO), agence des Nations Unies notamment en charge des affaires de cybersquatting. En l'occurrence, c'est un homme basé à Phoenix qui affirmait avoir enregistré ces noms de domaines pour en faire des sites de fans.
 
Les noms de domaines devront être transférés sous 10 jours à la fondation caritative de la chanteuse, à l'origine de la plainte, qui promeut un meilleur accès aux soins de santé pour les femmes et les enfants. J.Lo rejoint ainsi la longue liste des célébrités cybersquattées obtenant gain de cause auprès de la WIPO, aux premiers rangs desquelles Pierce Brosnan, Tom Cruise, Céline Dion, Scarlette Johansson, Nicole Kidman, Madonna et Julia Roberts. (Lire aussi 2008, une année record pour le cybersquatting, du 16/03/2009.)

Juridique