Psychologie du jeu : les leviers de la passion

Internet en 2049 : maîtres ou esclaves du numérique ? Le JDN publie chaque jour en avant-première un extrait du livre de Benoît Sillard et vous propose de partager votre vision de l'Internet en 2049.

Pourquoi le jeu possède-t-il une telle séduction sur notre esprit ?

Les jeux sont aussi vieux que les sociétés humaines. En fait, les biologistes ont montré que de nombreuses espèces non humaines connaissent déjà le jeu comme forme d'apprentissage des codes comportementaux indispensables à la survie, à l'échange avec les congénères et à l'exploration du monde. Quiconque a possédé des chiots ou des chatons sait ainsi que leurs premiers mois d'existence sont occupés par ce qui ressemble fort à des jeux observés dans nos cours de récréations.

La notion de plaisir ou d'amusement – le mot fun de la langue anglaise – est indissociable du jeu. Un jeu où l'on s'ennuie trop vite n'a aucun succès commercial et ne crée aucune tradition sociale : il est tout simplement abandonné au profit d'un jeu plus plaisant. Le paradoxe apparent du jeu est que nous trouvons du plaisir dans l'effort. Dans un jeu traditionnel comme dans un jeu électronique, nous répétons à de multiples reprises les mêmes actions, sans éprouver d'ennui, en améliorant peu à peu nos aptitudes. Sans le plaisir, cet apprentissage itératif serait impossible.

Les jeux électroniques offrent un avantage qui était inconcevable avec les jeux plus anciens : ils permettent d'enregistrer en temps réel les comportements, les attitudes, les réactions de chaque joueur. Ces milliards de données offrent bien sûr des opportunités économiques pour améliorer les jeux en pointant leurs forces et faiblesses. Mais elles permettent aussi aux chercheurs de progresser de manière rapide dans la compréhension de nos états d'esprit face au jeu.

Le psychologue américain d'origine hongroise Mihaly Csikszentmihalyi est spécialiste de la créativité et du plaisir. Dans les années 1970, il a observé et théorisé le concept de flow : un état maximal de concentration et de plaisir quand une personne est pleinement immergée dans son activité. Les caractéristiques du flow se retrouvent dans le jeu : objectifs précis, déconnexion provisoire de l'environnement, équilibre entre buts et capacités, concentration sélective, rétroaction immédiate de la réussite, plaisir issu de la sensation de progression et de maîtrise.

Richard Bartle, créateur des premiers MUD et désormais chercheur mondialement reconnu sur les jeux vidéo, a suggéré que les motivations des joueurs peuvent se représenter dans quatre schémas de personnalité : le tueur (compétitivité), le performeur (réussite), l'exploreur (curiosité) et le socialiseur (coopération). Bien sûr, nous possédons à des degrés variables chacune de ces motivations : six cent mille personnes se sont déjà livrées au test psychologique du joueur, permettant à chacun de définir les traits dominants de sa personnalité (GameDNA).

Plusieurs autres modèles du jeu ont été proposés. Nick Yee (Palo Alto Research Center, Californie) a travaillé sur plus de quarante mille joueurs dans le cadre du projet Daedalus : l'immersion, la socialisation et la réussite ressortent comme les trois principaux moteurs des participants. Nicole Lazzaro (XEODesign) a identifié pour sa part quatre axes de l'engagement dans le jeu : expérience intérieure, expérience sociale, défi et stratégie, immersion et divertissement.

Ces différents travaux convergent pour expliquer l'extraordinaire succès des jeux dans l'histoire humaine. En fait, le jeu lorsqu'il est bien conçu semble la seule activité qui parvienne à concilier facilement des tendances considérées comme antagonistes dans la plupart des nos autres activités :

- compétition et coopération ;

- concentration et détente ;

- combativité et partage ;

- répétition et motivation ; 

- apprentissage et plaisir ; 

- isolement et ouverture.

Ces qualités très particulières expliquent que le jeu à l'âge électronique sera de moins en moins cantonné dans la seule sphère ludique.

Participez au débat : à quoi ressemblera le jeu de demain ?

 

Participez au livre Maîtres ou Esclaves du numérique. A quoi ressemblera le jeu de demain ? Utilisez les commentaires Facebook ci-dessous pour partager vos avis avec votre réseau.

Maîtres ou esclaves du numérique / Internet en 2049