Marc Simoncini débouté et condamné contre les opticiens

Marc Simoncini Sensee opticiens condamné 1114 Le fondateur de Sensee a été débouté et condamné à 10 000 euros de dommages et intérêts dans une procédure de diffamation intentée contre Optic-Libre.

En mars 2013, Marc Simoncini, fondateur du site d'optique en ligne Sensee.com et de Lentillesmoinscheres.com, relayait avec forces et fracas une étude sur le marché français de l'optique, qu'il avait lui-même commandée. L'étude décrivait le verrouillage du marché, dénonçait les marges des opticiens et jugeait leurs pratiques commerciales anticoncurrentielles.

En réponse, Jean-Luc Selignan, président de la centrale OpticLibre, dénonce alors les méthodes employées par l'étude et souligne plusieurs inexactitudes. Il assure notamment que le prix des lunettes en France n'est pas parmi les plus élevés d'Europe, ou encore que le groupe Essilor n'a pas d'impact sur la compétitivité du marché, contrairement à ce qui était avancé.

Incitation à consommer des produits remboursés

La Cnam et le Conseil de l'ordre des médecins interpellés

OpticLibre en profite aussi pour dénoncer certaines pratiques des sites Sensee et Lentillesmoinscheres.com : il assure à la Cnam que Marc Simoncini contrevient à l'interdiction d'incitation à la consommation anormale de produits remboursés, par exemple, en proposant à ses clients qui n'ont pas encore consommé la totalité de leur forfait complémentaire santé des lentilles 100% remboursées. Il interpelle aussi le Conseil national de l'ordre des médecins sur la structure juridique et les pratiques publicitaires d'Ophta Point Vision, société dont Marc Simoncini est alors actionnaire minoritaire. Des affirmations pour lesquelles Marc Simoncini a décidé de poursuivre OpticLibre en justice pour diffamation.

"Critiques pertinentes", selon le tribunal

Le 6 novembre, la Cour d'Appel du Tribunal de Grande Instance de Paris a finalement tranché et déclaré irrecevables les poursuites de Marc Simoncini contre OpticLibre : "Le but légitime d'information est manifestement acquis, s'agissant d'un sujet d'intérêt général portant sur la santé publique." Surtout, le tribunal souligne que les dénonciations [d'OpticLibre] ont donné lieu à des modifications des pratiques litigieuses, ce qui confirme la pertinence de leurs critiques". Sensee et Marc Simoncini ont par ailleurs été condamnés à payer 10 000 euros de dommages et intérêts pour procédure abusive. La société devra également verser 6 000 euros aux Editions Lancry, également accusées pour avoir relayé les propos d'OpticLibre.

Marc Simoncini / Sensee