Prism : Yahoo a reçu entre 12 000 et 13 000 demandes d'informations en 6 mois

Après Microsoft, Facebook, et Apple, c'est au tour de Yahoo de dévoiler la quantité de données privées de ses utilisateurs réclamée par les autorités américaines.

[Article mis à jour le 18 juin 2013 à 11h14] Quelques semaines après les révélations d'Edward Snowden sur la collecte d'informations des autorités américaines auprès de grandes entreprises du web, les révélations des géants sous pression continuent de tomber. Mardi 18 juin, c'est au tour de Yahoo de passer aux aveux. 

Dans un communiqué, la société explique avoir reçu entre 12 000 et 13 000 demandes de données entre le 1er décembre 2012 et le 31 mai 2013. La plupart des requêtes concernent des actes de fraudes, des meurtres, des kidnappings et autres enquêtes criminelles.

Apple assure qu'iMessage et FaceTime sont cryptés

Hier, Apple a déclaré avoir reçu entre 4 000 et 5 000 demandes d'informations au sujet de ses clients de la part des autorités américaines dans les six derniers mois. Ces données concernaient des enquêtes criminelles ou portaient sur la sécurité nationale.

Apple précise que les demandes, émises par les autorités fédérales, des Etats, ou locales, ont été reçues entre le 1er décembre 2012 et le 31 mai 2013 et qu'entre 9 000 et 10 000 comptes ou terminaux sont concernés. La plupart du temps, les requêtes proviennent de la police, dans le cadre d'enquêtes criminelles, de recherches d'enfants ou de patients atteints de la maladie d'Alzeimer, ou encore dans le but de prévenir un suicide.

"Apple a toujours fait de la protection des données personnelles de ses clients une priorité, et nous ne collectons ni ne conservons énormément de détails personnels de toute façon", déclare la société. Les conversations échangées sur iMessage ou FaceTime sont par exemple cryptées de telle manière que seuls les personnes concernées peuvent les voir et les lire, ajoute-t-elle.

Pas d'accès direct aux serveurs, selon les entreprises du web

La semaine dernière, d'autres géants d'Internet ont fait des révélations similaires. Facebook et Microsoft ont avoué avoir passé des accords avec le gouvernement pour lui transférer un certain nombre d'informations. Vendredi 15 juin, Facebook a ainsi été le premier à déclarer dans un post de blog qu'il a reçu entre 9 000 et 10 000 demandes de données pendant le second semestre 2012, concernant 18 000 à 19 000 comptes de ses utilisateurs. Microsoft a suivi, révélant des requêtes de données sur 31 000 de ses consommateurs sur la même période. 

Google négocie actuellement avec le gouvernement une autorisation pour en faire de même. Les géants du web ont tous publiquement réclamé aux autorités américaines le droit de révéler ces informations, après que des documents ont révélé qu'ils auraient donné au gouvernement un accès direct à leurs informations dans le cadre du programme de l'agence de Sécurité Nationale Prism (Lire l'article : "Espionnage du web : Edward Snowden, le nouveau Bradley Manning ?", du 10/06/13).

Microsoft / Facebook