NRJ se désengage de son activité de MVNO

Déçu des résultats de son MVNO, NRJ cède 40 % du capital de NRJ Mobile au Crédit Mutuel-CIC. Le groupe bancaire qui détient désormais 90 % du MVNO veut mettre l'accent sur les services bancaires.

MVNO est un métier de longue haleine où seuls survivent en France les acteurs dotés d'un projet àlong terme soutenu par de forts appuis financiers. Face à cette réalité, NRJ jette l'éponge. Le groupe de radio et de télévision a annoncé le 13 mai qu'il cédait 40 % du capital de sa filiale NRJ Mobile au Crédit Mutuel-CIC. Partenaire de NRJ dans la création de la société, la banque détient désormais 90 % du capital de l'opérateur mobile virtuel.

 

Le montant de la transaction n'a pas été dévoilé, mais lors de la dernière opération sur le capital, en février 2007, à l'occasion de laquelle le groupe Crédit Mutuel-CIC avait porté sa participation de 10 à 50 %, NRJ Mobile avait été valorisé 150 millions d'euros.

 

Officiellement, NRJ souhaite désormais "concentrer ses investissements sur ses cœurs de métiers (radio, télévision et Internet)", indique un communiqué. Officieusement, ce retrait est le signe d'une désillusion pour le groupe NRJ sur le marché de la téléphonie mobile. Lors de son lancement, en novembre 2005, sur le réseau hôte de SFR, NRJ Mobile ambitionnait de recruter un million de clients en trois ans et de "devenir l'opérateur de référence des moins de 25 ans" et le premier opérateur alternatif, déclarait alors Jean-Paul Baudecroux, fondateur du groupe NRJ (lire l'article NRJ Mobile veut capter les 12-25 ans du 18/10/2005). La société visait l'équilibre à la fin de la deuxième année d'exploitation.

 

Deux ans et demi plus tard, NRJ Mobile n'est que le troisième opérateur mobile virtuel du marché, derrière Tele2 et Virgin Mobile. Le MVNO revendique 750.000 clients en avril 2008, mais la grande majorité (90 %) est positionnée sur des offres pré-payées. Soit un revenu mensuel moyen par client (ARPU) d'environ 14 euros HT, contre 45 euros HT en moyenne pour les clients des offres post-payées selon l'observatoire trimestriel de l'Arcep (Autorité de régulation des communications électroniques et des postes). Pas assez pour assurer la rentabilité de l'activité.

 

En 2007, NRJ Mobile a perdu environ 35 millions d'euros, dont 19,2 millions ont été supportés par le groupe de médias. Le retrait de NRJ de l'activité de téléphonie mobile est donc une bonne nouvelle pour les actionnaires du groupe. Dans un communiqué, NRJ précise que "compte tenu de ce prix de cession, des pertes opérationnelles enregistrées sur les quatre premiers mois de l'année et des impacts fiscaux liés principalement au régime du bénéfice fiscal consolidé, la contribution nette de l'activité de téléphonie mobile dans les comptes consolidés de l'exercice 2008 sera limitée." Le titre NRJ a gagné 5,71 % en Bourse mercredi 14 mai.

 

NRJ Mobile bientôt remplacé par CIC Mobile ?

"Effectivement, l'activité de MVNO est difficilement rentable sur le court terme, reconnaît Jean-Luc Manini, directeur délégué de NRJ Mobile, notamment avec les conditions actuelles d'achat en gros de minutes de communication aux opérateurs de réseaux. " Mais le groupe Crédit Mutuel-CIC maintient sa confiance dans l'avenir de l'opérateur virtuel. De 10 % en 2005, le groupe bancaire est aujourd'hui actionnaire majoritaire à 90 % du capital de NRJ Mobile.

 

En conservant une participation de 10 % du capital, NRJ Group "continuera à faire profiter l'opérateur de son savoir-faire et de ses liens privilégiés avec les jeunes et le monde musical", souligne néanmoins le groupe média. La marque NRJ Mobile a d'ailleurs été cédée à la société pour l'exploitation de l'offre de téléphonie mobile éponyme orientée vers le marché des jeunes.

 

Toutefois, face au désengagement du groupe NRJ, l'accent est désormais mis sur les synergies entre le mobile et les services bancaires. "Pour le Crédit Mutuel-CIC, le mobile est un axe prépondérant dans sa stratégie car ce sera le vecteur des offres bancaires à valeur ajoutée de demain", explique Jean-Luc Manini.

 

Premier axe de développement : la marque de téléphonie mobile "C le mobile", lancée mi 2007, une offre destinée à un public plus large exclusivement diffusée dans les 4.500 points de vente du Crédit Mutuel et du CIC, incluant un accès privilégié à un portail de banque à distance. Le groupe bancaire souhaite booster les acquisitions sur cette marque et ce type de forfaits.

 

Deuxième axe de développement : le paiement sur mobile. Pionnier dans l'expérimentation du paiement sans contact par téléphone mobile avec NRJ Mobile, à Strasbourg en 2006, Crédit Mutuel-CIC joue également un rôle prépondérant dans l'expérimentation actuelle "Payez mobile" qui rassemble six banques, les trois opérateurs mobiles de réseaux et NRJ Mobile, et deux organismes bancaires internationaux (Visa Europe et MasterCard Worldwide). Aujourd'hui en phase d'homologation des normes sécuritaires, une solution interopérable unique de paiement sans contact avec le mobile devrait être lancée commercialement en France courant 2009.

CRÉDIT MUTUEL / Nrj mobile