Hosni Moubarak condamné pour avoir coupé Internet et les réseaux mobile

L'ex président et deux anciens ministres égyptiens devront payer l'équivalent de 63,5 millions d'euros en raison de l'impact de ces interruptions sur l'économie.

Première condamnation d'Hosni Moubarak depuis sa chute le 11 février dernier. Elle ne porte pas sur la répression qui a fait plus de 800 morts et 6 000 blessés en Egypte, mais sur la coupure des réseaux Internet et mobile. L'ancien président égyptien a en effet été condamné à une amende de 200 millions de livres égyptiennes, indique "Reuters", soit l'équivalent de 23,5 millions d'euros. L'ancien ministre de l'Intérieur Habib al-Adli devra payer 300 millions de livres (35 millions d'euros), et l'ancien Premier ministre Ahmed Nazif 40 millions de livres (5 millions d'euros).

Pour justifier ces amendes, la justice égyptienne ne met pas en avant une éventuelle remise en cause de la liberté d'expression, mais explique que ces coupures de réseaux ont eu des conséquences négatives sur l'économie du pays. Les opérateurs de téléphonie mobile, auxquels les autorités égyptiennes avaient imposé ces coupures, devraient recevoir environ 100 millions de livres (12 millions d'euros) pour le manque à gagner, a indiqué le nouveau gouvernement.

Autour du même sujet