Didier Jalabert (CCEE) : "Tripler notre activité d'ici cinq ans"

Le tour-opérateur spécialiste de l'Espagne CCEE vient de signer en marque blanche avec le groupe NRJ. Son président fondateur, Didier Jalabert, expose ses ambitions et nombreux projets pour 2008.

Journal du Net. Depuis sa création en 1995, le groupe Club CE Evasion (CCEE) a beaucoup évolué. Pouvez-vous revenir sur les grandes étapes de sa construction ?

Didier Jalabert. Nous avons eu l'idée de créer cette société à l'occasion de l'ouverture du parc d'attraction PortAventura [en Espagne, près de Barcelone, ndrl]. A l'époque, nous habitions déjà l'Espagne et avons alors fait le pari de le promouvoir ce parc en France. Un an après, nous sommes devenus son tour opérateur spécifique. CCEE a donc, dès l'origine, eu des licences française et espagnole. Progressivement, nous avons étendu notre offre aux hôtels de la zone alentour, la Costa Dorada, et créé la marque Forfait-Flash en 1997. Un concept innovant qui permet aux professionnels de réserver en ligne en moins de trois minutes. La marque a très rapidement étendu son offre à l'ensemble des stations balnéaires espagnoles. En 2005, Forfait-Flash a été intégré à Galiléo. A la même époque en France, Italie et Espagne, le groupe a lancé Okipi.com, un site destiné au grand public. En 2006 enfin, CCEE a intègré la réservation d'avion et les packages dynamiques, puis lancé en 2007 les coffrets PacketKado et l'équivalent italien de Forfait-Flash, Viaggi-Pro.

 

Quelle est la situation du groupe aujourd'hui ?

Nous sommes distribués aussi bien par les spécialistes que les généralistes et notre offre est intégrée par 8.000 agences de voyage en France et en Espagne. Groupe CCEE est vraiment considérés comme le spécialiste de la péninsule ibérique, Portugal et Andorre compris. Fin 2007, nous comptions 120.000 clients et notre chiffre d'affaires pour l'année s'élevait à 15 millions d'euros.

 

Comment se répartit ce chiffre d'affaires entre vos différentes marques et les pays ?

" Nous ouvrons des bureaux à Paris et préparons un nouveau concept novateur en matière de réservation "

Forfait-Flash est à l'origine de 50 % de l'activité du groupe. Okipi et les marques blanches de l'autre moitié. Géographiquement, une grosse majorité de nos ventes (80 %) est réalisée en France. Bien que basés à Barcelone, l'Espagne ne concoure qu'à hauteur de 10 % de notre activité, de même que l'Italie. Ce qui nous vaut le surnom de village d'irréductibles gaulois chez les Espagnoles !

 

En quoi consiste votre partenariat avec NRJ et sa régie NRJ Global ?

C'est un partenariat exclusif où nous fournissons des offres de voyages appropriées aux différentes cibles des portails Web des quatre radios, NRJ, Chérie FM, Rire et chansons et Nostalgie. Le groupe NRJ cherchait un acteur qui soit souple et dédié. Et surtout en mesure, sur chaque site, d'adapter les offres en fonction des événements musicaux et culturels mis en avant (concerts, festivals etc.). Proposer cela, en packages dynamiques de surcroît, nécessite une veille quotidienne.

 

Avec ce nouveau partenariat vous souhaitez développer votre offre en marque blanche ?

Nous n'en sommes pas à notre premier essai en la matière. Le booking enging français de PortAventura est déjà assuré par nos services en marque blanche depuis un an, de même que celui d'autres distributeurs, mais qui souhaitent que cela reste confidentiel. Nous sommes actuellement en négociation avec deux nouveaux partenaires français, dont l'un a un positionnement très féminin : ce sera mon seul indice, l'accord devrant être rendu public d'ici quelques semaines. Le marché français est en croissance forte : d'ici 3 ans il devrait doubler et nous comptons bien dégager une marge de progression de la même proportion.

 

D'autres projets vous permettront d'y parvenir ?

" Nous sommes particulièrement attentifs aux opportunités de croissance externe en France... "

Nous ouvrons ce mois-ci des bureaux à Paris. A l'origine de cette installation : un nouveau système de centrale de réservation hôtelière, exclusivement BtoB, que nous présenterons officiellement le 5 mai prochain. Un concept très original de make'up (système de gestion permettant aux agences de voyage de varier leurs prix et leurs marges) assorti de la possibilité d'obtenir instantanément un crédit pour financer l'achat du voyage. Une première sur le marché. 

 

Avez-vous des velléités de croissance externes ?

Nous sommes particulièrement attentifs aux opportunités de croissance externe. En France, des discussions engagées avec un acteur spécialiste du territoire, devraient aboutir d'ici quelques semaines. Notre développement sur les marchés italien et espagnol se fait progressivement. Nous sommes dans une phase de fort rapprochement avec Successo Travel, le partenaire italien avec lequel nous avons crée Viaggi-Pro, et que nous devrions à terme absorber. Côté espagnol, nous envisageons de nous y développer sur le BtoB soit en créant une branche dédiée en interne, soit via une acquisition d'ici fin 2009.

 

Cela fait beaucoup de projets. Vous semblez entamer une phase d'accélération de votre croissance.

Effectivement. Depuis 2004, nous avons décidé de nous lancer dans le multi canal et avons pour cela établi un 'plan' qui nous permet également d'accélérer notre croissance. Le groupe entre actuellement dans une phase où il sera plus visible sur le marché. Nous sortons du bois en quelque sorte ! Une de nos qualités est par ailleurs d'être proches, géographiquement, de nos partenaires, mais par conséquent éloignés de nos clients français. Nos projets en France ont aussi pour but de nous en rapprocher.

 

Quels sont vos objectifs pour 2008 ? A moyen terme ?

Nous estimons que nos concurrents sur le marché français, réunis, représentent à peu près 120 millions d'euros. Nous visons 5 % de ce marché pour fin 2008, soit 6 millions d'euros. Notre objectif global est d'enregistrer un chiffre d'affaires annuel en 2008 de 20 millions d'euros et de servir 150.000 clients. D'ici quatre à cinq ans, nous espérons tripler l'activité globale pour dégager 50 à 60 millions d'euros, et doubler celle réalisée en France.

 

 

 Parcours :

Didier Jalabert a travaillé dix ans dans la location saisonnière en agence immobilière. Dix ans durant lesquels il a crée et géré une base de données automatisée sur Minitel, prélude de la domotique. Cet outil permettait notamment de gérer les plannings de location d'appartements sur 19 stations de ski et l'allumage à distance de l'électricité. Ce système original, adapté depuis à Internet, est à la base de CCEE. Installé par choix professionnel en Espagne depuis 15 ans, il a crée avec son épouse Chantal CCEE en 1995.

Chiffre d'affaires