La caméra 360°, une révolution pour l’image

4:3, 16:9, 24×36… Malgré deux siècles de progrès technologiques, l’image demeure ce qu’elle était au premier jour de la photographie : définie par son cadre.

Irrémédiablement prisonnier de ce rectangle, le spectateur est depuis toujours dépendant de ce que l’auteur de la prise de vue a choisi d’y inscrire.

De cette contrainte, trait d’union entre deux subjectivités, est né un art. Malheureusement, si les avancées technologiques ont fait peu ou prou de chacun d’entre nous des photographes ou des vidéastes, elles ne nous ont pour la plupart pas transformés en artistes de talent. Pourtant modestes, nos intentions sont trop souvent trahies par notre incapacité à choisir sur le vif l’angle, le format, le paramétrage adéquats. On aurait voulu saisir une impression, une ambiance, un paysage, et on se retrouve avec des images approximatives, d’autant plus décevantes pour le spectateur qu’il ne peut se raccrocher à un souvenir. Aussi vieille que la photo de vacances, cette frustration du cadre est pourtant sur le point de disparaître grâce à une innovation radicale qui va révolutionner notre rapport à l’image : la caméra 360°.

En captant à chaque instant la totalité de sa périphérie, la caméra 360° élimine la problématique du cadrage. Ce n’est plus celui qui tient l’appareil qui choisit le point de vue, mais le spectateur, désormais capable de se déplacer dans l’image. Ce renversement du choix change le paradigme : on ne voit plus les choses à travers le regard de l’autre, mais comme si on s’était trouvé au même endroit, au même moment. L’image devient partage.

Encore à ses balbutiements, le 360° est aujourd’hui perçu comme la photographie numérique à ses débuts : une innovation technologique séduisante dont on mesure cependant à peine les impacts. En permettant tout à coup de prendre autant de photos qu’on le voulait, de les supprimer, de les retoucher, de les communiquer instantanément à l’autre bout du monde, le numérique a révolutionné les usages de l’image. Cette rupture, la caméra 360° va la reproduire au niveau de l’expérience.

La capacité à naviguer dans l’image crée une interactivité si intuitive et évidente que les utilisateurs, sitôt qu’ils y ont goûté, ne peuvent plus revenir en arrière : une fois libéré du cadre, il est extrêmement contraignant et décevant d’y retourner. C’est tout naturellement que le 360° va s’imposer comme un nouveau standard. Il n’y a pas de barrière d’utilisation, pas de barrières techniques (il est inutile d’acheter un logiciel de post-traitement, de convertir les formats, de s’équiper d’un écran spécial…), et celle du prix est en train de tomber. Apte à s’inscrire dans les usages actuels (réseaux sociaux, UGC, drones, livestreaming…), le 360° s’apprête à devenir la nouvelle norme.

Dès lors, ses applications sont considérables tant dans le domaine professionnel que des loisirs. Citons par exemple les secteurs qui ont besoin de capter des lieux : immobilier, tourisme, sécurité, bâtiment… Citons le jeu vidéo, qui trouve avec le 360° un moyen de créer très simplement une « vraie » réalité virtuelle et immersive. Citons enfin tous ces moments de la vie dont on voudrait partager l’émotion et conserver le souvenir : vacances, concerts, événements familiaux… Bientôt, on se demandera comment on faisait « avant ». Le propre de toutes les révolutions.  

Autour du même sujet