Paiement et assistant virtuel débarquent dans Facebook Messenger en France

Paiement et assistant virtuel débarquent dans Facebook Messenger en France Les deux fonctionnalités sont disponibles gratuitement au sein de la messagerie du réseau social, qui promet un haut niveau de sécurité et de confidentialité.

"La France est une des priorités de Messenger." Cette déclaration cet été de David Marcus, VP de Facebook en charge de Messenger, se concrétise. La messagerie du réseau social lance simultanément ce mardi 7 novembre son service de paiement entre particuliers et son assistant virtuel M en France. Les deux fonctionnalités sont gratuites et accessibles directement dans Messenger. Le service de paiement entre particuliers, lancé la veille au Royaume-Uni et aux Etats-Unis en 2015, permet d'envoyer et recevoir de l'argent dans une conversation. Lors de la première utilisation, il faut créer un compte et enregistrer ses coordonnées bancaires. Ensuite, il suffit de sélectionner l'icône "Envoyer de l'argent" dans la conversation et inscrire le montant souhaité. L'argent reçu dans la conversation est directement envoyé sur le compte bancaire de l'intéressé. Facebook précise qu'un "délai de disponibilité des fonds peut être constaté" selon les banques.

"Les activités de paiement de Facebook sont supervisées par une équipe de spécialistes antifraude"

Les informations liées à la carte de crédit sont cryptées et protégées "à un niveau comparable aux standards du secteur bancaire". "Les activités de paiement sont supervisées par notre équipe de spécialistes antifraude et, dans le cas peu probable où nous détecterions une activité frauduleuse sur un compte, nous aidons l'utilisateur à le sécuriser à nouveau", précise Facebook au JDN.

L'incursion de Facebook dans le paiement en France était attendue. Sa filiale Facebook Payments International Ltd a obtenu un agrément d'établissement de paiement et d'établissement de monnaie électronique auprès de la Banque centrale d'Irlande en octobre 2016. Grâce au système de "passporting" européen, cet agrément est automatiquement valable dans les 27 autres pays de l'Union européenne. David Marcus avait annoncé au Figaro le déploiement du paiement en France avant fin 2017.

Une IA Facebook en français

L'assistant virtuel M était également prévu en France mais sans calendrier annoncé. Lancée en 2017 aux Etats-Unis et au Mexique, cette intelligence artificielle analyse automatiquement les conversations Messenger et suggère des actions. "Lorsqu'il en a repéré le besoin au sein d'une discussion Messenger, il peut proposer à ses participants de leur donner la météo, de commander un taxi… Cet assistant est utilisé par des millions de personnes", a récemment confié au JDN Alexandre Lebrun, le père de M. Il propose aussi d'utiliser le nouveau service de paiement quand il détectera que deux amis parlent d'argent.

Doté au total d'une dizaine de fonctions, l'assistant virtuel de Facebook peut être désactivé et l'utilisateur peut refuser une suggestion s'il ne la trouve pas utile ou pertinente. "Nous sommes très à cheval sur le respect de la vie privée de nos utilisateurs. Lorsque vous rencontrez quelqu'un pour la première fois, vous ne lui donnez pas votre numéro de téléphone. Vous discutez avec lui et si vous êtes en confiance, au bout d'une semaine peut-être, vous le lui confiez. Nous voulons faire de même avec M, collecter les informations sur les internautes de façon graduelle, avec leur plein accord", expliquait Alexandre Lebrun au JDN.

L'assistant virtuel de Facebook peut être désactivé et l'utilisateur peut refuser une suggestion 

Le Français, qui dirige la branche ingénierie du laboratoire de recherche fondamentale de Facebook à Paris, travaille notamment avec ses équipes sur le traitement du langage naturel. Les pistes de développement de l'assistant intelligent sont nombreuses. "M n'est pas une plateforme aujourd'hui, mais nous pourrions tout à fait imaginer qu'il le devienne. Nous aimerions un jour lier notre assistant avec les bots les plus utilisés par les internautes, comme celui de leur opérateur télécom."

Facebook s'inspire du Chinois WeChat, propriété du géant Tencent. Cette application "à tout faire" qui n'était au départ qu'une simple messagerie, permet désormais de payer sa facture d'électricité, de rembourser un ami, réserver un taxi ou encore se faire livrer un repas. Les 963 millions d'utilisateurs de WeChat (Messenger en compte 1,2 milliard) peuvent même acheter des produits en ligne sur des boutiques intégrées dans son application. Et le géant chinois ne cache pas ses ambitions en Europe...

Et aussi : 

Facebook / Fintech

Annonces Google