Grâce à la réalité virtuelle, Habiteo booste la vente d'immobilier neuf

Le spécialiste de la modélisation 3D permet aux futurs acheteurs de visualiser les biens pas encore construits comme s'ils évoluaient à l'intérieur.

D'accord, il ne faut jamais monter dans le véhicule d'un inconnu. Mais là, il s'agit du truck d'Habiteo, une véritable bulle de vente mobile que le spécialiste de la modélisation 3D immobilière loue aux promoteurs qui le souhaitent - 15 ont déjà signé - pour 4 000 euros par jour. Si la facture est salée, c'est que l'engin est drôlement équipé. Une fois gravies les quelques marches qui mènent à l'étage supérieur du camion, on tombe nez à nez avec un îlot central tactile offrant un accès au tout nouveau site Internet de la start-up parisienne.

L'Habiteo truck a déjà séduit une quinzaine de promoteurs. © Habiteo

C'est parti : on se balade sur la carte de France, on arrête son choix sur l'un des programmes immobiliers référencés par la plateforme qui sera bientôt construit. On clique dessus. On atterrit sur une page dédiée à la résidence qui compile une maquette de celle-ci, des plans d'étage avec les disponibilités des lots en temps réel, une carte interactive avec des points d'intérêt (les crèches aux alentours, par exemple), ainsi qu'une estimation du temps nécessaire pour s'y rendre, et tout un tas d'autres données publiques glanées çà et là (le taux de réussite au bac dans les établissements proches du logement, notamment).

Surtout, on découvre des plans 3D de tous les futurs appartements dont on peut, et c'est le cœur du service proposé par Habiteo, effectuer une visite virtuelle. C'est-à-dire aller d'une pièce à l'autre et même avoir, en cas de terrasse ou balcon, des vues de l'extérieur… prises à la bonne hauteur par des drones ! "La visite virtuelle permet d'avoir une idée d'aménagement et de déclencher un coup de cœur, ce qui auparavant était difficile, pour ne pas dire impossible, dans le neuf", explique Jeanne Massa, qui a lancé la jeune pousse en 2014 avec Julien Frelat, Denis Fayolle (co-fondateur de LaFourchette) et Jean-Claude Szaleniec. Et si on a un carboard sous la main et qu'on a la chance de tomber sur l'une des trente résidences pour lesquelles l'option est déjà disponible – elle le sera prochainement pour la totalité des 400 programmes immobiliers modélisés par Habiteo – la visite virtuelle prend encore une autre dimension.

Les vues depuis les terrasses en devenir sont fournies grâce à des photos prises à la bonne hauteur par des drones

Autre dispositif présent dans le truck, un prototype de configurateur, qui sera industrialisé en novembre 2016 pour tous les promoteurs, qui fonctionne avec un casque de réalité virtuelle HTC Vive. Une fois celui-ci chaussé, l'acheteur potentiel d'un lot a tout le loisir de se balader d'une pièce à l'autre, en temps réel cette fois-ci, et non plus grâce à des images pré-calculées comme avec le carboard, de changer la couleur des murs, le revêtement des sols… etc.

Des gadgets et rien de plus ? C'est ce qu'on pourrait croire, mais ce serait mal connaître le pédigrée d'Habiteo. La start-up travaille déjà avec 196 promoteurs parmi lesquels Cogetim, Equinox en Rhône-Alpes ou encore Kaufmann & Broad qui lui a récemment confié la modélisation de tous ses programmes immobiliers. Et il semblerait que ses services soient efficaces : "D'après les retours que nous font les promoteurs, ils concluent une vente sur cinq rendez-vous qu'on leur envoie, contre une vente sur sept lorsqu'ils prennent le rendez-vous eux-mêmes", relaie l'entrepreneure.

"Les promoteurs concluent une vente sur cinq rendez-vous qu'on leur envoie, contre une vente sur sept lorsqu'ils prennent le rendez-vous eux-mêmes"

A côté de l'offre à 6 500 euros par résidence qu'elle commercialise, qui comprend une maquette extérieure du programme, un plan d'étage avec les disponibilités, des plans 3D de tous les appartements, une visite virtuelle par typologie de biens (T1, T2, T3…), des cartes interactives ainsi qu'un rendu sous forme de mini site Internet dédié ou de widgets à intégrer, l'entreprise propose aux promoteurs un abonnement à 110 euros. Celui-ci leur donne accès à un back-office leur permettant de gérer leurs prix, leurs disponibilités, leur allotement  – terme  jargonneux pour désigner l'attribution de tant de lots à tel commercial et tant de lots à un autre – et la gestion de leurs prospects. "Le tout avec un tunnel de vente digitalisé, grâce à la signature électronique", promeut la cofondatrice.

Le spécialiste de la modélisation 3D vend aussi ses services à des distributeurs de programmes immobiliers : des conseillers en gestion de patrimoine, qui appartiennent ou non à des réseaux ainsi que des agences immobilières. "Century 21, FNAIM…", égrène Jeanne Massa. Son objectif ? Passer la barre des 500 modélisations fin 2016 et des 1 000 fin 2017. D'ici là, le truck circulera sur les routes de France… et d'ailleurs. Sa venue est notamment attendue à Londres fin octobre.

 

Et aussi

 

Réalité virtuelle