Se rabattre sur des biens décotés en raison de leurs petits défauts pour gagner jusqu'à 15%

en se débrouillant bien, l'acheteur obtiendra une décote supérieure au montant
En se débrouillant bien, l'acheteur obtiendra une décote supérieure au montant des travaux à effectuer. © Kzenon - Fotolia.com

Mauvais agencement, travaux à prévoir, absence d'ascenseur... Autant de défauts rédhibitoires aux yeux de certains, ce qui exclut de fait une partie de la demande. Et entraîne une décote qui peut atteindre 15%, "lorsqu'il y a des choses assez lourdes à refaire, du type électricité, toiture, raccordement au tout-à-l'égout...", estime Sébastien de Lafond, président de MeilleursAgents.com.

Si l'acquéreur consent à mettre la main à la pâte, il peut obtenir un rabais d'un montant supérieur à celui des travaux. En revanche, si la décote dépasse 20%, c'est que le bien présente des anomalies structurelles que l'acheteur ne parviendra jamais à corriger (nuisances sonores dues à la présence d'un aéroport, problèmes d'insalubrité...). Le logement deviendra donc invendable si le marché s'effondre.