La Redoute, Alstom : les grands groupes adoptent la réalité virtuelle

Les coûts jusque-là prohibitifs de cette technologie dégringolent grâce au boom de l'IoT et à la démocratisation des casques type Oculus Rift.

Finis les tests réalisés hors-sol et à petite échelle : les grands groupes tricolores utilisent la réalité virtuelle et augmentée au cœur de leurs installations. "Tous nos clients du Cac 40 travaillent activement sur cette thématique", affirme Sébastien Ropartz, associé en charge de Deloitte digital.

Le cabinet d'audit a dévoilé ce jeudi 12 mai son rapport Tech trends 2016, qui présente les tendances repérées dans le monde entier au cours de l'année précédente par les collaborateurs de la société lors de leurs missions de terrain. L'utilisation de la réalité virtuelle et augmentée est l'une des huit lames de fonds mises en avant par les auteurs du document.

"Déployer un projet de réalité virtuelle en entreprise coûtait jusqu'à présent très cher. Certains groupes installaient dans leurs locaux des salles immersives qui n'étaient souvent opérationnelles qu'au bout de deux ou trois ans. La démocratisation de cette technologie avec des casques de type Oculus Rift fait beaucoup baisser les coûts", explique Sébastien Ropartz.

Alstom s'est doté de kits mobiles pour la réalité virtuelle qui peuvent être utilisés sur le terrain

Le département engineering transport du groupe Alstom avait installé dans ses locaux du nord de la capitale l'une de ces salles immersives en 2011. Une installation conçue avec le spécialiste de la 3D, Immersion. Mais mi-2015, le groupe a décidé avec son partenaire de se doter de kits mobiles pour la réalité virtuelle, notamment composés d'un projecteur et de lunettes 3D. Moins cher, ce matériel peut être utilisé par les salariés du groupe directement sur le terrain.  

"Les entreprises qui mettent en place ce type de solutions veulent réduire les coûts de maintenance de leurs installations, en formant plus efficacement leurs techniciens", souligne Henri Pidault, chief technology officer de Deloitte France.

"Au sein d'une grande entreprise mondiale de livraison de colis (dont Deloitte ne souhaite pas dévoiler le nom, NDLR) la formation des techniciens au fonctionnement et à l'entretien des énormes machines de tri, qui font parfois la moitié de la taille d'un terrain de football, requiert des déplacements sur des sites distants pour se voir dispenser des semaines intensives de formation. […] Cette entreprise prototype une solution de simulation 3D utilisant les capacités de la réalité virtuelle et fournissant aux techniciens des environnements de formation virtualisés à la demande. […] Ce programme les accompagne pas à pas dans le processus détaillé de maintenance et de réparation", illustre l'étude de Deloitte.

Les grandes entreprises pétrolières construisent des modèles détaillés de leurs raffineries en réalité virtuelle

"Les grandes entreprises pétrolières commencent de leur côté à cartographier les raffineries et à construire des modèles détaillés en réalité virtuelle", rapporte Sébastien Ropartz. L'objectif est là encore la formation à distance des ingénieurs, un net progrès dans un secteur où l'environnement de travail est souvent dangereux et donc peu propice à l'organisation de sessions de cours sur le terrain.

"Certains de ces groupes installent aussi des capteurs IoT à faibles coûts dans leurs raffineries, capables de communiquer avec des lunettes de réalité augmentée", poursuit l'associé. Les techniciens peuvent consulter le mode d'emploi au moment où ils changent une pièce. Toutes les opérations de maintenance sont réalisées de la même façon dans le monde et la durée des formations diminue car les ingénieurs n'ont pas besoin de connaitre en détail le fonctionnement de chaque pièce.

Les grandes entreprises utilisent aussi les technologies immersives pour tester virtuellement de futures installations afin d'éviter de commettre des erreurs : pour concevoir son nouveau centre de tri, qui ouvrira ses portes en septembre 2016 à Wattrelos dans le Nord, le groupe La Redoute a travaillé avec l'association Clarte, spécialiste de la réalité virtuelle basée à Laval. Elle a modélisé les nouveaux postes de préparation des commandes pour qu'ils soient ergonomiques et a pu faire visiter virtuellement l'entrepôt aux futurs salariés du site.

 

 

Deloitte / La Redoute