Ikea, créateur de start-up malgré lui

Customisation meubles Ikea Customiser son armoire ou son canapé Ikea, c'est la dernière tendance sur laquelle surfent de nouveaux entrepreneurs.

A l'instar d'Apple, qui a engendré tout un écosystème de start-up qui fabriquent des coques d'iPhone, des docks compatibles ou des supports pour iPad, Ikea inspire aujourd'hui une flopée de créateurs d'entreprise. Comme la marque à la pomme, le géant suédois de l'ameublement, jouit d'une présence mondiale (345 magasins dans 42 pays), d'un fort taux de notoriété et d'une large gamme de produits standardisés (75% des produits sont identiques dans tous les pays).

bemz
Bemz offre un choix de 200 tissus différents pour habiller son canapé ou ses chaises Ikea. © Bemz

Désormais, "la personnalisation des objets est devenu un véritable phénomène social", selon la fondatrice de Bemz, Lesley Pennington. Il y a 10 ans, cette mère de famille suédoise a eu l'idée de lancer des housses adaptées aux sofas et aux sièges Ikea. Là où le magasin propose 5 coloris unis pour son fauteuil Tullsta, Bemz offre un choix de plus de 200 tissus, du lin mélangé couleur "feuille" au coton imprimé style seventies, pour des prix allant de 89 à 279 euros. Le site réalise 2 500 ventes par mois et connaît une croissance annuelle de son chiffre d'affaires de 15 à 25% depuis cinq ans.

Un succès qui a fait des émules : une douzaine d'entreprises se sont lancées sur le créneau. Comme Comfort Works, un autre site de housses et tissus australien, Superfront, un site suédois qui propose des façades et des poignées ou encore MyKea, qui vend des stickers pour personnaliser ses meubles.

Dernière trouvaille : changer les pieds de sa chaise Henriksdal ou de son lit Hemnes. C'est l'idée de Prettypegs, un site fondé en 2012 par une Suédoise et qui vend déjà ses produits dans plus de 40 pays. "Nous prévoyons 150% de croissance cette année et pour 2015", se félicite la créatrice Jana Cagin. Pour coller au plus près de la stratégie d'Ikea, elle a eu l'idée de nommer tous ses produits avec des prénoms scandinaves : Astrid, Estelle, Dagmar...

prettypegs
Prettypegs vend des pieds qui s'adaptent sur la plupart des meubles. © Prettypegs

Officiellement, Ikea n'a aucun lien avec ces entreprises et se refuse à tout commentaire sur le sujet. Mais le géant suédois ne peut que se réjouir de l'explosion du phénomène, susceptible de doper ses ventes, de fidéliser la clientèle et de lui assurer une promotion gratuite. "Aujourd'hui, nous sommes mêmes devenus un argument de vente pour Ikea", se vante Lesley Pennington, de Bemz. Face à des acheteurs peu inspirés, les vendeurs du géant du meuble n'hésitent pas à faire valoir le large choix de housses disponibles sur le site Internet.

Autre bonne nouvelle pour Ikea : ces start-ups lui permettent de toucher un public plus haut de gamme que sa cible habituelle. Un public qui n'hésitera parfois pas à débourser 900 euros pour habiller son canapé Ektorp, qui coûte... 299 euros en premier prix. De quoi marcher sur les plates-bandes d'enseignes plus chic comme Habitat.

mykea
Pour donner un coup de jeune à sa vieille étagère Expedit, MyKea vend des stickers sur tous les thèmes. © MyKea
Pour l'acheteur lambda, ces sites peuvent toutefois être avantageux. Payer 135 euros pour rhabiller un canapé vieillissant, cela reste plus rentable que d'en acheter un neuf. D'autant que Bemz vend aussi des housses pour des meubles dont la fabrication a été stoppée par Ikea. Si aujourd'hui 80% des ventes sont assurées par des produits actuels, la start-up a bâti son succès en partie en proposant ces housses d'anciennes séries. A l'instar des pièces détachées d'électroménager, les clients trouvent avec ces accessoires une alternative pratique pour allonger la durée de leurs meubles préférés.

 

Idée de business / Ikea