Le scandale des délocalisations Au mépris de la sécurité aérienne

Les activités de maintenance et de réparation des avions ne sont que très peu contrôlées dans certains pays étrangers.

"Les compagnies aériennes américaines, au mépris de toutes les règles de sécurité délocalisent leurs activités de maintenance et de réparations dans des pays à bas salaires. Une tendance amorcée en 2002 et qui permet de contourner les syndicats et les lois fédérales.

"La révision d'un appareil, au Salvador ou au Kenya, représente deux tiers d'économie."

La Federal Aviation Administration, l'organisme public chargé pourtant de veiller au respect des règles de sécurité par les compagnies aériennes, a homologué 700 sites de maintenance et de réparations situés... au Salvador, en Ethiopie, en Chine, au Kenya et en Indonésie. Rien que des pays disposant d'un personnel hautement qualifié et où la sécurité aérienne est bien sûr la première des priorités !

Le vice-président d'US Airways a affirmé : "Notre compagnie considère la sécurité comme la première des priorités". Il aurait pu ajouter, mais il n'a pas osé : et réaliser des économies aussi. La révision d'un appareil, au Salvador ou au Kenya, représente deux tiers d'économie, en coûts de travail, pour une compagnie."

Chine / Low cost