Affaire DSK : six révélations sur Nafissatou Diallo

L'affaire DSK est en train de s'effondrer. Nafissatou Diallo, la femme de chambre qui accuse Dominique Strauss-Kahn de l'avoir violée le 14 mai 2011, a menti aux enquêteurs. Voici les révélations du procureur.

Les hommes chargés d'enquêter sur le viol présumé du 14 mai 2011 ont trouvé des "failles majeures" dans la personnalité de la victime, Nafissatou Diallo, qui pourraient entamer sérieusement sa crédibilité. Le procureur Cyrus Vance, qui faisait partie des plus sévères accusateurs au début de l'affaire, a demandé lui même l'abandon des poursuites après 3 mois d'investigations. Le point sur ce que l'on sait aujourd'hui de la femme de ménage :


1- Elle a menti de manière "répétée"

Dans un rapport de 25 pages dévoilé le 23 août, le bureau du procureur Cyrus Vance Jr. confirme qu'il y avait bien eu relation sexuelle entre Nafissatou Diallo et DSK. Mais difficile de démontrer que celle-ci était forcée. De plus, depuis ses premières accusations, Nafissatou Diallo aurait "menti de manière répétée" aux enquêteurs. Trois versions des faits contradictoires sont notamment mentionnés dans le rapport.

 

Lors de ses premières auditions, Nafissatou Diallo a fait "un récit erroné" des minutes qui ont suivi l'agression sexuelle présumée. La femme de chambre déclarait en effet avoir fui la suite 2806 après sa rencontre avec DSK et être restée prostrée dans un couloir du Sofitel avant qu'un supérieur ne la trouve. Dans une seconde version, le 28 juin, elle a finalement avoué avoir nettoyé une autre chambre, la 2820, avant de retourner dans la suite du patron du FMI et enfin de dénoncer les faits incriminés à son supérieur dans le couloir. Mais ce récit est encore erroné. Le 27 juillet, lors d'un nouvel interrogatoire, Nafissatou Diallo avoue qu'elle n'est pas restée longtemps dans la chambre 2820. Les cartes magnétiques de l'hôtel prouvent en effet qu'elle n'y est restée qu'une poignée de secondes. Insuffisant pour y faire le ménage. La plaignante explique alors qu'elle s'était déjà chargée le matin du ménage de la 2820 et n'y était retournée que pour récupérer son matériel de nettoyage...

 

2- Elle a inventé un précédent viol

La femme de ménage avait déclaré à plusieurs reprises aux enquêteurs qu'elle avait déjà été victime d'un précédent viol par le passé. Une agression commise selon ses dires par "un gang" dans son pays d'origine. Pendant les interrogatoires, la victime présumée de DSK apparaissait très marquée par ces événements et finissait systématiquement en larmes dans un récit "précis et poignant" selon le rapport. Or après plusieurs auditions, les 8 et 9 juin 2011, elle a finalement admis que ce viol n'avait jamais eu lieu. Il s'agissait en fait selon elle d'un élément de son scénario pour obtenir l'asile aux Etats-Unis (cf. ci-dessous). Les enquêteurs découvriront qu'aucun viol n'a finalement été mentionné dans sa demande d'asile...


3- Elle a falsifié sa demande d'asile

Née en Guinée, Nafissatou Diallo est entrée aux Etats-Unis en 2002 en usurpant l'identité d'une autre personne, rapporte le bureau du procureur Vance, en falsifiant des papiers d'identité. Sa demande d'asile présente également plusieurs anomalies. Dans son dossier, elle mentionnait notamment par écrit et sous serment qu'elle et son mari avaient été persécutés par le régime autoritaire de Guinée. Elle déclarait également que sa maison avait été détruite par la police et qu'elle et son époux avaient été battus. Ce dernier avait selon elle été emprisonné et torturé pour son opposition au régime avant de mourir en prison. Autant d'éléments qu'elle aurait maintenus lors de ses auditions dans le cadre de l'affaire DSK avant d'avouer la supercherie.

 

4- Elle a fraudé pour un logement social

Selon Cyrus Vance, Nafissatou Diallo a "oublié" de déclarer ses revenus, et notamment ceux du Sofitel, pour pouvoir bénéficier d'un logement social à New York. Un autre mensonge avait été évoqué par le cabinet du procureur le 1er juillet, mais n'est pas repris dans le rapport du 23 août : Nafissatou Diallo aurait avoué avoir déclaré un deuxième enfant à charge ces deux dernières années pour obtenir des allégements d'impôts. Enfant qu'elle n'a en réalité jamais eu.

 

5- Elle attendait des bénéfices de l'affaire

Nafissatou Diallo a téléphoné à un homme en prison à peine 24 heures après sa rencontre avec Dominique Strauss-Kahn. Son compagnon, incarcéré pour trafic de marijuana. Elle aurait discuté avec lui des possibles bénéfices qu'elle pourrait tirer de cette affaire, notamment d'un point de vue financier. Un détail qui a certainement déplu au procureur Vance qui rappelle dans son rapport que la plaignant lui avait assuré qu'elle ne s'intéressait pas à l'argent de DSK.

 

6- Elle a reçu 60 000 dollars sur son compte en banque

Le procureur s'interroge aussi sur plusieurs versements en cash atteignant au total 60 000 dollars sur le compte de Nafissatou Diallo. L'argent viendrait de différents états américains : l'Arizona, la Georgie, l'Etat de New York, la Pennsylvanie... La plaignante explique que c'est son fiancé, trafiquant de drogue, qui aurait effectué ces dépôts. Elle l'aurait autorisé à utiliser son compte en banque pour ce qu'elle croyait être un commerce de vêtements...


Une image de mère de famille ébranlée

Dans les semaines qui ont suivi ses accusations, Nafissatou Diallo, qui se disait victime d'agression sexuelle de la part de DSK, a été décrite par ses proches comme une mère de famille sans prétention. Une femme de ménage immigrée travaillant dur pour nourrir sa fille adolescente. Selon ses avocats, elle n'avait aucun antécédent judiciaire et travaillait pour le Sofitel depuis quelques années comme une "employée modèle".

 

Depuis le jeudi 30 juin, ce portrait est profondément malmené. Par les avocats de DSK, mais aussi et surtout par le procureur Cyrus Vance Jr. lui-même. Lors d'une audience exceptionnelle le 1er juillet 2011, DSK a vu son assignation à résidence levée. Pendant l'été, Nafissatou Diallo et son avocat ont lancé une action au civil pour palier un éventuel abandon des poursuites au pénal et ont mené une offensive médiatique. Les 22 et 23 août, le procureur a finalement demandé au juge Michael Obus d'abandonner les poursuites.


Et aussi


dsk2

Affaire DSK : les preuves de l'enquête

Le procureur Cyrus Vance Jr. a décidé d'abandonner les poursuites pour viol contre Dominique Strauss-Kahn à New York. Outre les mensonges de Nafissatou Diallo, l'enquête n'aurait pas réuni suffisamment de preuves... Lire

Procès DSK : toutes les infos

Charges de l'accusation, alibis et arguments de la défense, jury, détails des procédures pénale et civile... Retrouvez sur cette page toutes les informations sur le procès de DSK dans le "Sofitelgate". Lire

index

DSK : comment la police scientifique mène l'enquête

Depuis la révélation de l'affaire DSK, l'enquête sur la tentative de viol présumée de l'ancien patron du FMI est digne d'un des meilleurs scénarios de série américaine. Lire

 

Expliquez-moi