Voici les fonctionnaires les plus corrompus

Fonctionnaires les plus corrompus Les agents du secteur public sont logiquement exposés aux pots-de vin vu leur rôle dans l'attribution de marchés, selon l'OCDE.

Les pots-de-vin coûtent en moyenne 10,9% de la valeur d'une transaction qui a fait l'objet d'une corruption d'un agent du secteur public, révèle un rapport de l'OCDE publié ce mardi 2 décembre. L'organisation a compilé les résultats de 427 affaires traitées depuis l'entrée en vigueur de la Convention de l'OCDE sur la lutte contre la corruption en 1999.

80,11% des propositions de pots-de-vin se portent vers les salariés d'entreprises publiques

Résultat : dans 41% des affaires, ce sont des salariés appartenant à la direction des entreprises privées ou publiques qui ont versé ou autorisé le versement du pot-de-vin. Le PDG lui-même est impliqué dans 12% des cas. Les "bénéficiaires" de ces pots-de-vin sont, eux, plutôt des salariés d'entreprises publiques (27%), des agents des douanes (11%), des agents d'organismes de santé publique (7%) et des agents de la défense (6%). Dans 5% des affaires, ce sont carrément des chefs d'Etat et des ministres qui ont touché des pots-de-vin. Les chiffres sont encore plus impressionnants pour les professions qui se sont vu "promis ou octroyé" des pots-de-vin : 80,11% de ces propositions se sont portées vers les salariés d'entreprises publiques.

A noter que 57% des versements de pots-de-vin ont pour objectif de remporter un marché public, rapporte l'OCDE. 12% visent la facilitation des formalités de douanes, 6% l'octroi d'un traitement fiscal avantageux et 7% un "traitement préférentiel d'une autre nature".

corruption1
4% des pots-de-vin versés l'ont été à des agents d'organisations internationales entre 1999 et 2014. © OCDE

Les secteurs dans lesquels les pots-de-vin sont le plus importants sont l'extraction (pétrole, mines...), le commerce de détail et les activités de services administratifs. Dans l'extraction par exemple, le montant des pots-de-vin versés atteint en moyenne 21% de la transaction. Les corrupteurs sont nettement moins "généreux" dans les secteurs de l'éducation ou de la distribution d'eau, où les pots-de-vin ne représentent que 2% du montant total de la transaction.

corruption2
Dans le secteur du transport, les pots-de-vin représentent 16% du montant final de la transaction. © OCDE

L'OCDE met en avant les sanctions auxquels s'exposent les contrevenants. "Des peines d'emprisonnement ont été infligées à 80 personnes physiques jugées coupables d'actes de corruption transnationale", souligne l'organisation. Par ailleurs, 261 amendes ont été infligées, dont la plus lourde s'élève à 1,8 milliard d'euros.

 

Méthodologie

Le rapport de l'OCDE porte sur des affaires de corruption d'agents publics étrangers dans les transactions commerciales internationales impliquant des personnes physiques et morales conclues entre le 15 février 1999 (date de l'entrée en vigueur de la Convention anticorruption de l'OCDE) et le 1er juin 2014. Soit 427 affaires mettant en cause 263 personnes physiques et 164 personnes morales, ayant donné lieu à une enquête, à des poursuites et définitivement tranchées par voie judiciaire.

 

Autour du même sujet