Les stratégies open data des 20 plus grandes villes françaises

Les stratégies open data des 20 plus grandes villes françaises 15 des 20 communes les plus peuplées de l'Hexagone travaillent déjà sur l'open data. Les cinq autres ont jusqu'à octobre 2018 pour s'y mettre.

Moins de deux ans. C'est ce qu'il reste aux quelques 3 800 collectivités territoriales françaises de plus de 3 500 habitants pour ouvrir leurs données, conformément à la loi pour une République numérique entrée en vigueur en octobre dernier. Si elle ne prévoit pour l'instant aucune sanction en cas de non application, elle demande expressément à tous les territoires concernés de suivre le mouvement. Le JDN s'est concentré sur les vingt communes les plus peuplées du pays.

L'open data dans les 20 villes les plus peuplées de France
Rang Ville Open data API Date Nbre jeux de données Réalisation technique
1 Paris Oui Oui 2011 201 OpenDataSoft
2 Marseille Oui Non 2013 NC En interne
3 Lyon Oui Oui 2011 800 Ausy et Neogeo
4 Toulouse Oui Oui 2011 250 OpenDataSoft
5 Nice Oui Oui 2014 185 En interne
6 Nantes Oui Oui 2012 200 Smile, In Cite Solution et Data Publica
7 Strasbourg Non Non / / /
8 Montpellier Oui Oui 2011 900 En interne
9 Bordeaux Oui Oui 2012 150 En interne
10 Lille Oui Oui 2016 57 OpenDataSoft
11 Rennes Oui Oui 2010 300 OpenDataSoft
12 Reims Non Non / / /
13 Le Havre Oui Non 2016 127 En interne
14 Saint-Etienne Oui Non 2017 ou 2018 Entre 100 et 150 En interne
15 Toulon Non Non / / /
16 Grenoble Oui Oui   58 En interne
17 Dijon Non Non / / /
18 Nîmes Non Non / / /
19 Angers Oui Non 2013 160 En interne
20 Villeurbanne Oui Oui 2011 NC OpenDataSoft

Sur les quinze villes qui appliquent déjà l'open data, dont Saint-Etienne qui prévoit de lancer son portail d'ici un ou deux ans et Villeurbanne, qui est rattachée au portail du Grand Lyon, sept ont choisi de construire leur plateforme par elles-mêmes. Parmi celles qui ont choisi la solution externe, cinq font appel à la start-up française OpenDataSoft. Elles seront bientôt six : Angers prépare une nouvelle version de son portail avec le spécialiste de la structuration des données.

A part Le Havre et Lille, qui se sont lancés en 2016, les portails open data des vingt plus grandes villes de France se sont créés il y a plusieurs années. A noter que Paris, Lyon (dont Villeurbanne), Toulouse et Montpellier ont tous démarré en 2011.

Enfin, les portails open data de 11 villes intègrent d'ores et déjà une API, c'est-à-dire un outil qui facilite l'accès aux données du portail et leur réutilisation.

Retrouvez ci-dessous le détail des démarches open data des vingt plus grandes villes françaises :

Paris

  • Portail open data : https://opendata.paris.fr/
  • Nombre de jeux de données : 201, dont notamment celles de Vélib'. Les data en temps en temps réel du Syndicat des transports d'Île-de-France (STIF) seront ajoutées d'ici fin 2016. Autolib' le rejoindra rapidement. Les délégataires de services publics qui veulent renouveler leur contrat avec la Mairie de Paris sont désormais contraints à ouvrir leurs données.
  • Cas d'usage : l'application de calcul d'itinéraires multimodaux Citymapper utilise les données en temps réel de la RATP. La Mairie de Paris a développé une licence ODbL pour encadrer l'exploitation des data et travaille sur une foire aux questions destinée aux utilisateurs pour les aider à comprendre les contraintes juridiques.
  • Réalisation technique : OpenDataSoft depuis deux ans.
  • API : oui
  • Date de lancement : 2011
  • Responsable : Jean-Philippe Clément, Chief Data Officer de la Mairie de Paris

 

Marseille

  • Portail open data : http://opendata.regionpaca.fr/
  • Nombre de jeux de données : Marseille met ses data à disposition sur le portail créé par la région PACA. 750 jeux y ont été ajoutés par les 40 collectivités partenaires.
  • Cas d'usages : L'app Rengo PACA utilise les données en temps réel des transports pour proposer des itinéraires multimodaux en temps réel. L'app Vamos a la playa croise les data du portail avec du crowdsourcing pour informer la population sur la qualité des eaux de baignade.
  • Réalisation technique : Ausy et Neogeo Technologies
  • API : non
  • Date de lancement : 2013
  • Responsable : Daniel Sperling, adjoint au maire en charge du numérique

 

Lyon

  • Portail open data : http://data.grandlyon.com/
  • Nombre de jeux de données : plus de 800, avec de nouveaux jeux ajoutés en moyenne tous les 15 jours. Les données en temps réel de Keolis, le transporteur local, de Vélov', le service de vélos en libre-service lyonnais géré par JCDecaux, et de l'opérateur de parking Q-Park sont notamment répertoriées.
  • Cas d'usages : le GPS multimodal Optimod'Lyon se base sur le portail open data du Grand Lyon tout comme les géants du calcul d'itinéraire Moovit et Transit. Des hackathons sont aussi régulièrement organisés.
  • Réalisation technique : Ausy et Neogeo. Un data scientist a aussi été recruté en novembre 2016.
  • API : oui, pour 99% des données. Le Grand Lyon est en train de refonder ses licences de réutilisation, qui protègent les data confiées par des acteurs privés. Outre cette "licence libre", il existe actuellement une "licence engagée" qui oblige les réutilisateurs à s'authentifier, avec un contrôle du Grand Lyon sur leurs usages, et une "licence associée" pour les données qui concernent des secteurs où il y a des risques de monopole, notamment sur les données de transport, qui peut imposer une redevance pour les plus gros réutilisateurs.
  • Date de lancement : 2011
  • Responsable : Nathalie Vernus-Prost, Chief Data Officer du Grand Lyon 

 

Toulouse

  • Portail open data : https://data.toulouse-metropole.fr/
  • Nombre de jeux de données : 250 bases de données sont ouvertes sur le portail de la métropole. La métropole toulousaine a mis en place un small business act qui recommande aux entreprises d'ouvrir leurs data et se dit plus sensible à celles qui se sont mises à l'open data pour ses contrats publics.
  • Cas d'usage : le service de covoiturage local Coovia s'appuie sur les données temps réel de Tisséo, le transporteur toulousain.
  • Réalisation technique : OpenDataSoft
  • API : oui
  • Date de lancement : 2011
  • Responsable : Bertrand Serp, vice-président de Toulouse Métropole en charge de l'économie numérique et président de l'association Open Data France.

 

Nice

  • Portail open data : http://opendata.nicecotedazur.org/
  • Nombre de jeux de données : 165 jeux de données pour les utilisateurs non-inscrits. 20 jeux de données supplémentaires (dont 50% en temps réel) sont accessibles pour les utilisateurs authentifiés. Ces dernières sont sensibles selon la métropole, comme notamment la distribution de l'eau, dont les data proviennent de délégataires de service public et pourraient être réutilisées par la concurrence dans un appel d'offres. C'est aussi le cas pour les données du transporteur local Lignes d'Azur.
  • Cas d'usages : le calculateur d'itinéraires multimodaux Boogi a été lancé en octobre 2016 grâce à l'open data. Kinaxia l'utilise aussi pour proposer aux professionnels de l'immobilier d'évaluer le risque environnemental d'un logement par rapport à sa localisation.
  • Réalisation technique : Métropole Nice Côte d'Azur
  • API : oui
  • Date de lancement : 2014
  • Responsable : Alain Château, directeur du centre d'excellence (CENTREX) de la Métropole Nice Côte d'Azur

 

Nantes

  • Portail open data : http://data.nantes.fr/
  • Nombre de jeux de données : plus de 200, pour la ville de Nantes et toute la métropole (24 communes).
  • Cas d'usages : Zenbus utilise la géolocalisation en temps réel des bus et Statiophone indique en temps réel le nombre de places dans les parkings publics. Des hackathons et appels à projets sont aussi régulièrement lancés.
  • Réalisation technique : Smile, In Cite Solution et Data Publica
  • API : oui
  • Date de lancement : 2012
  • Responsable : Franckie Trichet, adjoint au maire en charge de l'innovation et du numérique

 

Strasbourg

L'Eurométropole de Strasbourg a lancé un appel à projets en 2013, mais sans succès. Le projet est aujourd'hui au point mort.

 

Montpellier

  • Portail open data : http://data.montpellier3m.fr/
  • Nombre de jeux de données : 900. Les premiers sets de data en temps réel arriveront début 2017.
  • Cas d'usage : la start-up LKSpatialist l'utilise pour l'analyse de parcelles pour des projets immobiliers.
  • Réalisation technique : Montpellier Méditerranée Métropole
  • API : oui
  • Date de lancement : 2011
  • Responsable : Jérémie Valentin, chef de projet open data de Montpellier Méditerranée Métropole

 

Bordeaux

  • Portail open data : https://data.bordeaux-metropole.fr/
  • Nombre de jeux de données : 150
  • Cas d'usage : depuis fin septembre 2016 l'app Bordeaux en poche utilise les données en open data pour informer les habitants sur les événements quartier par quartier.
  • Réalisation technique : Bordeaux Métropole
  • API : oui
  • Date de lancement : 2012. La ville et la métropole présenteront un nouveau portail mutualisé en 2017.
  • Responsable : Yann Mareschal, chargée de portefeuille projets à la direction de l'Innovation et de l'Aménagement Numérique de Bordeaux Métropole

 

Lille

  • Portail open data : https://opendata.lillemetropole.fr/
  • Nombre de jeux de données : 57. Plus d'un centaine de sets sont attendus rapidement. Iléo, filiale de Veolia, vient d'installer un centre de supervision connecté à plus de 1 000 capteurs installés sur son réseau d'eau, compte notamment publier le volume d'eau facturé, le nombre d'abonnés et la consommation par commune prochainement.
  • Cas d'usages : le portail vient d'ouvrir, il n'y a donc pas encore de réutilisation. Geovelo, un calculateur d'itinéraires à vélo intéressé par les données sur les voies cyclables, et Handisco, qui a mis au point une canne connectée pour non-voyants, se sont renseignés et pourraient rapidement s'en servir.
  • Réalisation technique : OpenDataSoft
  • API : oui
  • Date de lancement : 2016
  • Responsable : Etienne Pichot-Damon, chargé de mission open data à la Métropole Européenne de Lille

 

Rennes

  • Portail open data : https://data.rennesmetropole.fr/
  • Nombre de jeux de données : 300, ville et métropole comprises. Les données en temps réel des transports et de la fréquentation des bibliothèques sont notamment disponibles.
  • Cas d'usages : L'app RenCircul utilise les données sur les travaux en cours pour alimenter ses conseils d'aide à la conduite et l'app Y'A D Frites! accède aux menus des cantines scolaires pour informer les familles.
  • Réalisation technique : OpenDataSoft depuis 2016
  • API : oui
  • Date de lancement : 2010
  • Responsable : Bernadette Kessler, ‎responsable du service Innovation Numérique de Rennes Métropole

 

Reims

Pas d'open data.

 

Le Havre

  • Portail open data : https://data.agglo-lehavre.fr/
  • Nombre de jeux de données : 127, dont notamment les budgets, les archives municipales et bientôt l'état civil. Les data en temps réels des transports seront disponibles en 2017.
  • Cas d'usage : en 6 mois d'existence le portail n'a pas encore été mis à profit par une application.
  • Réalisation technique : Communauté d'Agglomération Havraise et la ville du Havre
  • API : non
  • Date de lancement : 2016
  • Responsable : Anthony Guérout, chef du service topographie à la Communauté de l'agglomération havraise

 

Saint-Etienne

  • Portail open data : en construction
  • Nombre de jeux de données : entre 100 et 150 à l'ouverture. La ville et la métropole travaillent depuis 2014 sur le big data territorial et son en train de faire l'inventaire des données qui pourront être ouvertes. Les données de transport seront fournies en temps réel par Transdev.
  • Cas d'usage : L'app locale spécialiste de l'information sur le trafic routier Moovizy se nourrira des data du portail.
  • Réalisation technique : Ville de Saint-Etienne.
  • API : non
  • Date de lancement : 2017 ou 2018
  • Responsable : Sébastien Valla, directeur des systèmes d'information de la ville de Saint-Etienne et de la métropole

 

Toulon

Pas d'open data.

 

Grenoble

  • Portail open data : http://data.metropolegrenoble.fr/
  • Nombre de jeux de données : 58, pour Grenoble et 49 communes avoisinantes. La métropole grenobloise travaille actuellement dans le cadre des projets smart city avec les distributeurs d'énergie pour qu'ils ouvrent leurs données.
  • Cas d'usage : Moovit l'utilise pour son calculateur d'itinéraires multimodaux.
  • Réalisation technique : Grenoble-Alpes Métropole, sur la plateforme open source Ckan
  • API : oui
  • Date de lancement : 2015
  • Responsable : Frederick Petit, chef de projet open data de Grenoble-Alpes Métropole

 

Dijon

Pas d'open data.

 

Nîmes

Pas d'open data.

 

Angers

  • Portail open data : http://data.angers.fr/
  • Nombre de jeux de données : Plus de 160. Une licence ODbL encadre l'exploitation des données.
  • Cas d'usages : La société de travaux publics Luc Durand s'appuie sur les données liées aux réseaux enterrés pour optimiser ses chantiers. Le développeur d'applications mobiles Playmoweb utilise aussi Data Angers.
  • Réalisation technique : Angers Loire Métropole et ville d'Angers, avec la solution open source Typo3. Une nouvelle version de la plateforme qui s'appuiera sur la solution OpenDataSoft est en cours de finalisation. Cette évolution s'accompagnera d'une mise à disposition de données sous format dynamique (API).
  • API : non
  • Date de lancement : 2013
  • Responsable : Constance Nebbula, conseillère municipale déléguée à l'économie numérique et à l'innovation

 

Villeurbanne

Rattachée au Grand Lyon.

 

A lire aussi

 

Smart city / Open data

Annonces Google