Le football financé par l'argent public Des billets payés par les collectivités locales

des places au stade vélodrome de marseille normalement destinées à des jeunes en
Des places au stade Vélodrome de Marseille normalement destinées à des jeunes en difficulté étaient en fait attribuées à des élus locaux. © Jérôme Delahaye / Fotolia.com

Au Vélodrome, certains élus assistent aux matchs de l'Olympique de Marseille... aux frais du contribuable. Dans un rapport publié en 2008, la Chambre des comptes de la région PACA a dénombré 83 922 places achetées par le département des Bouches du Rhône pour les trois saisons de 2003 à 2006, pour un montant de 1,9 million d'euros. Or, ces places qui étaient normalement destinées à des jeunes dans un but "d'insertion sociale" ont été attribuées à 75% aux élus du Conseil général. Les associations n'ont reçu que 2 703 places, soit moins de 10% des places réservées. Le département se défend en expliquant que "le club représente l'un des principaux supports de communication disponibles pour assurer sa promotion".

Les achats de places par les collectivités sont monnaie courante dans le football français et constituent une forme d'aide plus ou moins admise et encadrées par la loi. Celle-ci stipule notamment que ces aides ne doivent pas dépasser 30% du total des produits du compte de résultat de l'année précédente de la société, dans la limite de 1,6 million d'euros par saison sportive. Or certaines communes dépassent allégrement ce plafond. Lors de la saison 2005-2006, 65% des places pour les matchs du Football Club d'Istres ont ainsi été achetées par les collectivités locales, selon un rapport de la Cour des comptes de 2009.

Finances publiques / Sport Business