Avec Ixxi, la RATP veut prendre un train d'avance sur l'information voyageurs

La filiale de la régie francilienne spécialisée dans les technologies et applications de systèmes de transports intelligents investit dans de nouveaux services digitaux.

L'efficacité des transports en commun se joue aussi du côté des passagers. C'est en tous cas la conviction d'Ixxi, filiale de la RATP, et de son président, Pascal Auzannet : "Notre ambition est de transformer le temps contraint en temps utile. Pour cela, Ixxi est engagé dans des investissements pour 4,5 millions d'euros et nous prévoyons un chiffre d'affaires de 80 à 100 millions d'euros dans le domaine des systèmes de transport intelligents, dont 25 millions d'euros grâce à des acquisitions, d'ici 2020."

"Nous prévoyons un chiffre d'affaires de 80 à 100 millions d'euros d'ici 2020 dans le domaine des systèmes de transport intelligents"

Premier fait d'armes d'Ixxi : le rachat de Navocap, deuxième opérateur français de systèmes d'aide à l'exploitation et d'information voyageurs, en juillet 2016. "Dans ce marché très concurrentiel, il faut avoir les produits sur étagère et être réactif. Racheter cette entreprise nous permet d'avancer plus rapidement, notamment sur la géolocalisation des rames en temps réel, grâce aux algorithmes qu'elle a développés", explique Pascal Auzannet.

L'entreprise prévoit d'atteindre les 200 salariés d'ici la fin de l'année, alors qu'elle n'en comptait que 75 à l'arrivée de Pascal Auzannet à sa présidence, en janvier 2014. Objectif : conquérir le marché français, mais pas que. "Nous voulons aussi mettre le cap à l'international car il y a actuellement beaucoup d'appels d'offres.", avance-t-il.

"Nous voulons aussi mettre le cap à l'international car il y a actuellement beaucoup d'appels d'offres"

Ixxi, qui gère chaque jour 12 millions de transactions en Île-de-France, compte développer le paiement mobile sans contact. Des tests ont été menés à Strasbourg et en décembre 2015 la RATP a créé avec Gemalto, Orange et la SNCF la joint-venture dédiée à la mobilité sans contact Wizway Solutions.

"Nous avons également beaucoup progressé sur le tactile. Le syndicat des transports d'Île-de-France vient de donner son accord pour installer sur le réseau RATP 60 Zenway, nos écrans tactiles qui aident les voyageurs à s'orienter, suite au succès de l'expérimentation dans une dizaine de stations. Et nous travaillons sur la commande gestuelle pour améliorer le service", s'enthousiasme le président d'Ixxi.

"Nous souhaitons développer des fonctionnalités prédictives comme diriger le voyageur là où il aura le plus de chances d'avoir une place"

L'ensemble du réseau RATP sera couvert en 3G et en 4G d'ici fin 2017 et plusieurs stations sont en cours d'équipement en Wifi. L'occasion pour Ixxi de proposer de nouveaux services connectés : "Nous croyons beaucoup au prédictif et nous souhaitons développer des fonctionnalités comme, par exemple, diriger le voyageur vers la rame où il aura le plus de chances d'avoir une place assise ou lui proposer à l'avance le parcours le plus efficace selon l'affluence prévue", imagine Pascal Auzannet.

Le projet du Grand Paris Express est aussi l'occasion pour la société de tester des dispositifs, comme l'information en 3D, sur laquelle Ixxi travaille avec la start-up parisienne Vectuel. "L'idée est de proposer un itinéraire le plus simple possible à comprendre pour le voyageur grâce à une carte modélisée en 3D", précise Pascal Auzannet. 

Au-delà de l'information voyageurs, une équipes d'Ixxi travaille sur des dispositifs dédiés aux touristes, comme des notifications géolocalisées en fonction des monuments devants lesquels passe l'usager, qui peut ainsi découvrir leur histoire ou consulter les horaires de visite.   

"Nous aussi nous travaillons sur le véhicule autonome"

Ixxi entend enfin s'attaquer à la multimodalité et a lancé en mars 2016 Zaléou, une app gratuite dédiée à la localisation et à la commande en temps réel de taxis. Un marché déjà bien fourni mais où Ixxi a toute sa place selon son président : "Si au cours de la journée il n'y a pas plus compétitif que les transports en commun à Paris, le soir, quand ils passent moins régulièrement ou quand le service est terminé, le taxi est une alternative très intéressante". Objectif : contrer la concurrence des VTC. Uber, nuTonomy… Pascal Auzannet n'en a pas peur : "Nous aussi nous travaillons sur le véhicule autonome. Nous sommes conscients que cela arrivera à court-terme."

 

A lire aussi

 

Orange / SNCF