10 stratégies pour tirer parti de la crise Se diversifier

La diversification n'a généralement pas la cote en période de difficultés financières, où l'on cherche plutôt à se recentrer sur son cœur de métier. Certes, ce peut être un bon détonateur pour décider de se débarrasser de ses activités non stratégiques. Pour autant, il ne faut pas abandonner toute idée de diversification si celle-ci est judicieuse.

 

Bénéteau revend son activité de construction de voitures sans permis pour consolider son deuxième pilier d'activité, l'habitat

Dans un premier temps, il faut oser regarder son portefeuille avec objectivité et se débarrasser des produits ou services non rentables. Pour Maximilien Brabec, "Il faut adopter le principe des 20-80 (20 % des produits génèrent 80 % de la valeur, ndlr) et rationaliser son portefeuille en se focalisant sur les produits créateurs de valeur."

 

Une fois cet écrémage réalisé, il peut être intéressant de réfléchir à une nouvelle offre. Sous réserve de disposer de fonds suffisants pour lancer une activité, se diversifier peut être judicieux. D'abord cela permet de diminuer le risque, suivant en cela le bon vieil adage "il ne faut pas mettre tous ses œufs dans le même panier". Si l'un des secteurs d'activité connaît une baisse de régime, le deuxième peut permettre à l'entreprise de souffler en étant une source de revenus stable, à condition que les deux activités ne soient pas corrélées. C'est ainsi que Beneteau, le leader mondial de la voile, réussit à sauver la face malgré le violent coup d'arrêt du marché des bateaux. En effet, 19 % de son chiffre d'affaires provient de son activité habitat de loisirs (notamment les mobil'homes). Le groupe s'est séparé de son activité de construction de voitures sans permis en cédant Microcar et se renforce sur le pilier habitat en lançant une offre de construction de maisons de bois à très haute performance énergétique.

 

Pour beaucoup d'entreprises, cela consiste à importer une technologie ou un savoir-faire maîtrisé dans un nouveau domaine. Cela lui permet de profiter de sa notoriété et d'amortir les frais de recherche & développement. Pour Bénéteau, il s'agit de capitaliser sur ses compétences en termes de construction et d'aménagement acquises avec les bateaux.
La crise peut être l'occasion d'investir discrètement des marchés pendant que les concurrents sont occupés à maîtriser leurs coûts. C'est ainsi que le fabricant de chaussures Geox tente une percée dans la chaussure de sport, largement dominée par Nike, Puma et Adidas. Le fondateur de la marque, qui aurait eu l'idée des semelles respirantes après une marche dans le désert du Nevada, a attendu d'être suffisamment solide sur son marché d'origine pour tenter cette diversification osée.


Autour du même sujet