En finir avec les poncifs du management La motivation par l'échec... des autres

Nous n'apprenons pas de nos échecs, mais de nos succès et des échecs des autres

 

« Le rapport à l'échec.

Nous pensons peut-être être motivés en entendant parler du succès d'autres, mais croyez-le ou non il y a peu de choses plus encourageantes ou dynamisantes que d'être mis au courant ou d'être le témoin de l'échec d'une autre personne, spécialement lorsqu'il s'agit d'un expert. Et il y a même une raison plus forte pour laquelle nous pouvons nous instruire des échecs des autres que le simple plaisir de constater que les experts peuvent échouer, eux aussi. Cela a quelque chose à voir avec notre capacité, en tant qu'êtres humains, à avoir les meilleurs rapports avec les gens dans leurs échecs que dans leurs succès et d'apprendre davantage au cours de ce processus.

Mon maître et collègue Carl Rogers avait coutume de dire qu'il ne savait pas vraiment parler aux gens à moins que ceux-ci ne lui parlent d'un problème qu'ils rencontraient. Au début, j'ai pensé que c'était un défaut malheureux de sa personnalité, et puis je me suis rendu compte que, dans une certaine mesure, c'était vrai pour moi aussi, que j'avais un meilleur rapport avec les gens quand ils me parlaient de leurs échecs plutôt que de leurs succès.

"Il y a peu de choses plus encourageantes ou dynamisantes que d'être mis au courant ou d'être le témoin de l'échec d'une autre personne"

J'ai remarqué depuis lors que c'était vrai des gens en général. Très peu d'entre nous, sont capables de répondre au succès d'un autre avec la même sensibilité et ouverture de cœur que nous le faisons pour ses échecs. Peu d'entre nous, aussi, ont la pénétration ou l'honnêteté de l'écrivain Gore Vidal, qui a remarqué : "Chaque fois qu'un ami réussit, un petit quelque chose meurt en moi". Mais c'est plus que cela. Il semble que la réaction à l'échec suscite quelque chose de bon en nous. Ce n'est pas que nous souhaitions que les autres personnes souffrent : c'est que nous savons mieux sympathiser avec quelqu'un qui souffre qu'avec quelqu'un qui réussit. Même si nous applaudissons à la chance d'une telle personne et lui souhaitons le meilleur, il est moins facile pour nous de partager l'expérience du succès que celle de l'échec.

C'est peut-être la raison pour laquelle les commérages ont une telle force unificatrice. Nous en parlons dans les termes les plus méprisants, et pourtant c'est probablement l'expérience la plus efficace que nous ayons pour la construction des communautés et l'établissement des liens sociaux. Le commérage, cependant, tourne rarement autour de la description des succès des autres, car ce qui nous réunit c'est de partager les histoires de leurs échecs. »

 

Extrait de En finir avec les poncifs du management, Richard Farson, Editions Maxima, Mai 2008, p.146-148.

 

Motivation