Se faire reconnaître en tant qu'expert Parfaire ses connaissances et son élocution

N'est pas reconnu comme expert qui veut. Pointu, clair, percutant, force de propositions... Il se démarque des cadres lambda par un certain nombre de qualités reconnues de tous. Il convient donc de bien travailler ses gammes pour être en mesure de gagner ce prestigieux statut d'expert au sein de sa propre entreprise, mais aussi plus largement dans son métier ou son secteur d'activité.

 

 Une excellente connaissance du marché :

Au-delà de sa fonction, de son métier, un expert se doit de connaître parfaitement son secteur : quels sont les premières entreprises et les challengers d'un marché ? Mais également les nouvelles méthodes ou tendances à la mode, les gourous, les ouvrages de référence, les revues professionnelles, les salons et cercles de conférences... "Un expert est aussi très au fait des indices d'efficacité de son secteur. Dans le domaine des RH, le taux de turn over des jeunes salariés ou la pyramide des âges, par exemple ; dans le secteur de la téléphonie, le taux de conquête et le taux de churn ", indique Catherine Pompéï, directeur associé du cabinet de coaching Dirigeants et Partenaires. Un expert se doit donc d'être multi-facettes.

 

"Contrairement à ce que l'on pense, le véritable expert n'est jamais jargonnant"

C'est cette très bonne connaissance de son domaine qui lui donne notamment une capacité à évaluer rapidement les situations, à diagnostiquer les problèmes et à proposer les solutions adéquates. Face à un problème, un expert n'a pas tendance à botter en touche avec un "ça dépend" ou un "difficile de chiffrer" évasifs. "Comme il maîtrise la chaîne de valeur de son domaine d'expertise et connaît les éléments sensibles, il est capable d'identifier rapidement le bon levier", précise Catherine Pompéï.

 

  Une clarté d'expression :

L'expert a une manière spécifique de s'exprimer : ses propos sont clairs, concrets, toujours illustrés d'exemples parlants pour ses interlocuteurs, de façon à s'assurer une bonne appropriation de ses propos. "Contrairement à ce que l'on pense, le véritable expert n'est jamais jargonnant. S'il connaît le jargon de son secteur, de son métier, il sait parfaitement le traduire en mots simples pour un auditoire de néophytes", assure Catherine Pompéï. Il sait aussi très bien reformuler des propos via une clarification et une synthétisation. Cela lui offre une bonne capacité à recadrer un débat.

Autour du même sujet