« L’habit ne fait pas le moine ». Et pourtant…

Dans le monde professionnel, nombreuses sont les occasions où l’on constate que les apparences sont primordiales. B2EN, accompagnateur de carrière, conseille ainsi ses clients pour améliorer leur image et faciliter leur évolution professionnelle.

Extrait d'une conversation tenue avec un cadre se posant des questions sur sa capacité à gravir les échelons professionnels :
 
«- Je ne comprends pas. Au vu de la qualité de mon travail, j'aurais dû passer chef de projet cette année. Au lieu de ça, c'est un de mes collègues dont le travail est correct mais moins bon que le mien qui a été promu. 
- Vous a-t-on expliqué pourquoi ?
- Mon responsable m'a répondu que mon collègue passait mieux au niveau des clients. Mais ça ne veut rien dire ! Les clients ne souhaitent qu'un travail de qualité et c'est tout ! Ce n'est qu'une fausse excuse.
- Comment s'habille votre collègue ?
- Plutôt en costume.
- Et vous ?
- Je m'habille décontracté : pantalon et T-shirt. Vous savez mon ordinateur se fiche de ma façon de m'habiller.
- Pensez-vous que ce soit également le cas de vos clients ? »
 
Un grand nombre de personnes que nous accompagnons ont le même type de réflexion : les apparences n'ont pas d'importance, ce qui compte c'est le résultat.
Pourtant, quel crédit accorderions-nous à un médecin surdiplômé qui nous accueillerait d'un « Qu'est-ce qui ne va pas mon gars ? » en survêtement au bistrot du coin ?
 
Notre image est décisive dans nos relations professionnelles. Elle est constituée de nombreux éléments comme notre apparence physique, nos manières ou encore le décor dans lequel on évolue (ex : la façon dont est rangé notre bureau).
De fait, il faut bien prendre conscience que notre image est polymorphe : on ne se comporte pas de la même façon au bureau et à la maison, on ne se trouve pas devant le même « public ». Lorsque nous abordons ce sujet, on nous répond souvent : « Mais je suis ce que je suis, je ne vais pas jouer un rôle pour mieux évoluer dans ma carrière ! ».
 
La question est posée : faut-il jouer un rôle ?
 
Si jouer un rôle signifie construire de toute pièce un personnage idéalisé très différent de vous et qui corrigerait tous vos défauts, la réponse est claire : Il ne faut pas le faire ! 
En effet, cela vous mettra immédiatement mal à l'aise et vous devrez faire des efforts considérables pour y parvenir. En outre, il est quasi impossible de tenir longtemps ce rôle : votre personnalité ressortira à un moment ou à un autre, ce qui cassera la cohérence de cette fausse image et jettera sur vous le discrédit. 
Par contre, réfléchir à son image et essayer d'arrondir les angles sans changer radicalement sa vraie nature a de nombreux avantages.
 
Prenons un exemple concret : 
Une des personnes que nous avons accompagnée était un jeune étudiant en école d'ingénieurs. Il était brillant et motivé mais n'arrivait pas à décrocher son 1er job dans le Conseil.
Pas de problème au niveau de son look. En revanche, il  utilisait un vocabulaire en décalage avec le milieu feutré du consulting.
Par exemple, il ponctuait régulièrement la fin de ses phrases par un « et puis voilà » qui n'avait pas d'autre rôle que de l'aider à conclure l'exposé de ses idées. Après avoir réalisé une simulation d'entretien filmée(*), il s'est rendu compte que certains mots ne collaient pas avec son futur métier.
Nous l'avons donc aidé à les remplacer par des mots ayant le même sens et correspondant au milieu professionnel visé. Il a fallu s'entraîner, se reprendre mais au bout de trois semaines, le problème était réglé et il a trouvé son 1er job. 
On nous dit « ce n'est qu'un détail » mais dans les faits ce genre de détail est décisif. 
L'habit ne fait pas le moine mais il y contribue.
 
 
* Simulation d'entretien filmée et réalisée par B2EN dans son module « Préparation aux entretiens de recrutement »©. 
  
 
Lionel KALIFA, DG                                                                               
B2EN, L'accompagnateur de Carrière

Autour du même sujet