Valoriser vos connaissances, pour préparer l'avenir

L'avenir appartient à celui qui détient la connaissance : c'est à dire la bonne information, au bon moment, au bon endroit et avant tout le monde. Pour ce faire, l'information mérite donc d'être capitalisée et mise à disposition des acteurs pertinents au sein de l'entreprise.

La connaissance est indispensable au quotidien pour prendre des décisions, éviter de faire des erreurs, produire des biens et services innovants ou performants. Aucun individu, aucune entreprise pourrait survivre dans la durée sans créer, acquérir, consolider et transmettre les connaissances.
La connaissance est considérée comme « une ressource stratégique par les organisations pouvant assurer un avantage compétitif à long terme » (Gordon Dryden et Jeannette Vos, The Learning Revolution).
Elle est la résultante des données, consolidées en information puis en connaissance. Elle correspond à une compréhension globale ou analytique, la notion de « savoir » impliquant elle des certitudes plus précises ou pratiques.
Les moyens de valorisation, pour tirer profit de la connaissance.
La connaissance va être capitalisée (processus de construction progressif) et transférée au sein d'un groupe, d'une communauté, d'une entreprise, d'une société pour permettre d'être plus polyvalent, réactif, performant, résistant sur toute action et tout projet  :
* Capitaliser et au-delà de capitaliser, réutiliser les connaissances acquises, expérimenter et enrichir l'expérimentation par une analyse des erreurs passées.
* Transférer les connaissances. La capitalisation n'a de sens que si elle est partagée et transférée. Transférer, c'est accepter de donner aux autres, de perdre un peu de sa puissance, c'est se rendre non-indispensable. C'est accéder aux connaissances des autres, gagner en reconnaissance, accroître sa crédibilité.
La valorisation de la connaissance consiste à la capitaliser et la transférer selon deux approches (collaboration i.e. communauté de pratiques & capitalisation i.e. livres de connaissance). Pour parvenir à capitaliser et transférer la connaissance, il s'agit de mettre en œuvre des outils, des méthodes, des modèles de management et des processus. Mais bien plus important que tout cela, la réussite dépend de la capacité du management à insuffler au sein de l'entreprise une culture efficiente et persistante de partage et un esprit de collaboration. Pour cela, divers moyens existent, utilisant les principes de gestion des connaissances (KM), d'intelligence collective, de réseaux sociaux, de réseaux relationnels, d'entreprise 2.0… comme par exemple l'approche de type collaboration, l'approche de type capitalisation ou les solutions technologiques de collaboration.

L'approche de type collaboration (communautés de pratiques)
Elle consiste à développer une culture dans l'entreprise propice à la collaboration, notamment au travers de communautés de pratiques : groupe d’experts organisé, partageant les mêmes règles, ayant des intérêts communs et permettant de mobiliser des référents, tuteurs, coachs, compagnons…

L'approche capitalisation (livre de connaissance)
Elle consiste quant à elle à mettre en place des processus de transformation à valeur ajoutée de la connaissance (livres de connaissance i.e. briques de connaissances réutilisables comme des ouvrages, des synthèses, des résumés, des supports de formation, des guides, des manuels, des modèles, des plans type, des recueils de bonnes pratiques, des normes, des standards…).

Les solutions de collaboration
Elles sont partout dans l'entreprise, de façon consciente ou inconsciente : les outils de gestion de contenu d'entreprise (ECM, Enterprise Content Management), les outils de plateforme collaborative, les solutions de gestion électronique de document (GED), les outils de partage de document, les outils de travail collaboratif (ou groupware), les applications dites de « portail intranet » (weblog, blog, wiki…), les plates-formes de formation en ligne (e-learning)… Les fonctionnalités généralement couvertes par les solutions de collaboration sont nombreuses et variées : acquisition, capture et édition des connaissances, assistance à la formalisation, classement (arborescence, tagging, indexation...), recherche, workflow de création des connaissances, gestion du cycle de vie des connaissances.
Mais aussi quelques fonctions annexes comme la gestion des contacts, la sécurité de l’information, le marquage, le contrôle d'accès aux connaissances, le droit d'en connaître, la confidentialité, le reporting et le décisionnel.
Quelques solutions représentatives : Collaborative knowledge Base (outil typé KM et entreprise 2.0), Freebase (gestion d'une méta-base de données communes), KnowledgeTree (gestion collaborative de documents), The computational knowledge engine (mégabase de connaissance), Pearltrees (organisation de pages web préférées), TrueKnowledge, the internet answer engine (mégabase de données de faits), CMS Drupal (outil de construction de solutions de collaboration ), Extra-ct (outil dédié de gestion de contenu d'entreprise), Alfresco enterprise content management (solution open-source complète de collaboration), Microsoft sharepoint portal (plateforme de gestion de l'information et de la collaboration).

Pour en savoir plus :
- Fascicule FD X 50-190, Outils de management - Capitalisation d'expérience, septembre 2000
- Ouvrage "Solutions pour... valoriser la connaissance de l'entreprise", Vincent Iacolare (Afnor Editions, 2011)


Autour du même sujet