L’évaluation : une préoccupation majeure des équipes formation

La formation est une activité économique à part entière qui ne peut, ni ne doit, ignorer l'évaluation de sa performance faite par ses clients. Une occasion certaine d'amélioration de son offre.

La volonté d’évaluer les formations dispensées aux collaborateurs ne cesse de croître. Les équipes Formation lancent de plus en plus d’initiatives, mais selon différents sondages (1), plus de 90% des entreprises se contentent du questionnaire d’évaluation en fin de formation. Certaines expérimentent d’autres approches visant à apprécier l’impact des formations sur la performance collective et recherchent des moyens afin d’être plus efficaces dans la conduite de ce type de projets.
Plusieurs raisons à cette évolution :
-
Tout d’abord, les contraintes réglementaires concernent de plus en plus d’entreprises au-delà des obligations liées à des secteurs industriels comme la banque, la restauration collective, l’industrie pharmaceutique ou encore la chimie, ou à des activités obéissant à des règles strictes. Elles imposent aux entreprises non seulement de former leurs collaborateurs mais aussi d’en apporter la preuve.
- L
es équipes formation ont également de plus en plus besoin de justifier les budgets consacrés à la formation – ces derniers représentant en moyenne 3,5% de la masse salariale et pouvant dans certaines entreprises atteindre 5 à 6%. Elles doivent donc apporter des preuves de la valeur ajoutée des formations organisées, voire quantifier un retour sur investissement.
-
Enfin, tous les départements de l’entreprise doivent à leur façon contribuer à la performance globale. La formation n’échappe pas à la règle et doit démontrer en quoi elle a favorisé la croissance de l’activité – et du chiffre d’affaires.

D’autres facteurs jouent également en faveur de l’évaluation des formations. Ainsi, outre un nombre croissant d’entreprises souhaitant évaluer l’efficacité des dispositifs mis en place, ce sont les types d’items évalués qui s’élargissent.
Certes une majorité d’entreprises se contentent encore d’évaluer uniquement le degré de satisfaction des stagiaires. Mais certaines commencent à vouloir aussi tester l’acquisition des compétences, évaluer les changements d’ordre comportemental de l’apprenant suite à sa formation, voire quantifier l’impact de la formation sur les indicateurs de performance économique. A terme, ce sont les cinq niveaux de l’échelle de Kirkpatrick-Philips qui seront passés en revue lors du processus d’évaluation.
Une fois l’intention d’évaluer avérée, l’enjeu est de mettre en place cette évaluation de façon efficace et pertinente. Par exemple, toutes les formations n’ont pas vocation à être évaluées, en tout cas pas avec le même niveau de profondeur. Les entreprises se concentreront sur les formations stratégiques et/ou obligatoires.
Dans l’ensemble, les entreprises s’appuient sur leur plate-forme de LMS pour conduire l’évaluation. Tous les appels d’offres de LMS comprennent aujourd’hui un chapitre dédié, qui s’est étoffé au fil des années et qui révèle des attentes fortes en matière de fonctionnalités.
Surtout, les entreprises s’engageant dans la voie de l’évaluation devront veiller à quatre points clés pour assurer le succès de leur démarche :
-
elles devront s’assurer que la solution logicielle utilisée ne rajoute pas de complexité aux processus métier liés au dispositif formation qui sont eux même déjà sophistiqués.
-
il est important d’utiliser une solution qui propose des pistes d’amélioration en cas de non atteinte des objectifs fixés.
-
la solution devra privilégier une approche collaborative et en mode projet. Mettre en œuvre une démarche d’évaluation demande d’impliquer et de coordonner de nombreux intervenants (stagiaire, managers, décideurs, équipes formations, RH, achats…), d’appliquer des workflows métier, de s’inscrire dans une durée donnée et de répondre à des impératifs budgétaires.
-
la solution sera intégrée avec les autres modules du LMS pour faciliter l’exécution des workflows qui souvent sont liés au déroulement de la formation elle-même, ainsi que pour centraliser les données - ce qui simplifiera à terme l’édition de rapports ou relevés d’activité.

--------------------------------
[1]
Etudes du livre blanc Fefaur "l'évaluation au cœur des dispositifs de formation"

Autour du même sujet